jeudi 21 mai 2009

Zèle policier

Ne comptez pas sur moi pour tenter de vous expliquer pourquoi la police girondine a dû utiliser deux véhicules et six fonctionnaires pour serrer deux présumés voleurs de bicyclette (ensuite innocentés) à la sortie de l'école élémentaire Louis-Aragon à Floirac...

(J'ai déjà du mal à finir les textes de Badiou, alors si je me lance dans les subtilités de la police nationale, je sais que je ne vais pas m'en sortir.)

Cette affaire, que l'on voit envahir toutes les sources d'information progressivement depuis ce matin, a été révélée par le journal Sud-Ouest, puis reprise par le Parisien, et relayée par les radios. Pour une fois, on lit et on entend surtout la version de la mère d'Hicham, le garçon de 10 ans, qui a l'air d'être une maman assez tonique.

Aussi vais-je reproduire ce que Sud-Ouest a obtenu du côté des intervenants policiers, en la personne du directeur départemental adjoint de la sécurité publique:

Afin de couper court à toute interprétation, la Direction départementale de la sécurité publique de la Gironde rappelle que les policiers "ont agi dans un cadre bien défini, validé par le parquet". C'est suite à la plainte d'une habitante de Floirac reçue dimanche matin pour un vol de vélo que les policiers ont déclenché une enquête à partir des éléments fournis par la victime. "Un enfant avait été vu par le voisinage et la plaignante savait où il était scolarisé", confie le commissaire divisionnaire Olivier Le Gouestre, directeur départemental adjoint de la sécurité publique. "Quand on a une plainte entre les mains pour un vol, et des indices nous permettant d'identifier un suspect, même s'il s'agit d'un mineur, on se doit de réagir. Lors des réunions de quartier, la population nous demande d'avoir une action rapide." Mardi, à la sortie des classes, les policiers accompagnés de la victime ont donc attendu que le jeune voleur présumé quitte le groupe scolaire. Selon la police, le vélo volé a bien été identifié et un enfant de 6 ans et demi a été contrôlé. Il a été amené au commissariat de Cenon où sa mère a été aussitôt prévenue ainsi que le parquet des mineurs indique la police. Un autre élève de 10 ans soupçonné d'être au guidon d'un vélo volé a été aussi interpellé.

Depuis quelques temps, on sait que les déclarations présentées "selon la police" sont à prendre avec des pincettes et à vérifier point par point. Je me garderai donc bien de laisser le champ libre à toutes les interprétations que ces précisions autorisent, mais on pourra en trouver quelques unes en consultant, toujours avec des pincettes, et un masque sur le nez, les commentaires des lecteurs de Sud-Ouest, qui ont l'air d'avoir tout compris.

Les vols de vélo, ce n'est pas toujours très simple.


Selon Europe1, madame Michèle Alliot-Marie aurait demandé l'ouverture d'une enquête interne, et pour monsieur Darcos cette affaire relèverait sans doute d'un excès de zèle.

Cela ne gène pas monsieur Darcos de piquer les trouvailles de monsieur Luc Chatel...

Mais il est vrai que l'excès de zèle devient épidémique dans notre pays...

11 commentaires:

Marianne a dit…

Que tout ceci est réconfortant , les plaintes des victimes sont prises en compte et les supposés coupables en garde à vue . Enfin un déploiement des forces de l'ordre en rapport avec les supposés délinquants , le père fouettard peut prendre sa retraite sa succession est assurée .

Guy M. a dit…

Je suis sûr qu'il ressortira de l'enquête interne que le traitement est un modèle à enseigner dans les écoles de police.

Anonyme a dit…

Une gestapo, un sarkonasy, on est bien dans un pays de dictature pas de doute. Hye Sarkosy, Hye Sarkosy....

Guy M. a dit…

Chuuuuuut! Cela relève du tapage diurne à caractère injurieux...

cyclomal a dit…

Mais où est le vélo? Pourvu qu'il ne traine pas dans les herbes folles du jardin de son propriétaire!

Ne faudrait-il pas rafler toute l'école pour le retrouver? Un directeur de mes deux expliquera la légalité, voire la nécessité, d'une telle mesure de salubrité publique. Et le premier qui prononce le nom d'un président quelconque pendant l'opération sera éborgné à coup de flashball, non mais des fois!

Je ne sais pas où on va, mais on y va...

Dominique a dit…

Je ne voudrais pas troubler trop l'atmosphère consensuelle, mais hum... écrire "sarkonazy", cela relève de l'outrage au divin président (et sans qu'il soit président de l'insulte). Or, l'auteur du blogue est responsable civilement des propos qui sont tenus chez lui et c'est lui qui sera traîné devant les tribunaux, pas l'auteur du commentaire qui ne sera considéré que comme complice. Personnellement, j'aurais trappé ce message chez moi (mais je ne parle que de mon comportement personnel qui n'est pas forcément la meilleure réponse).

Il me semble néanmoins que l'on peut pointer les dérives du régime actuel sans employer les mots lours de sens et fort godwinnesques de Gestapo ou de dictature. Cette manière de répondre par des propos extrémistes et violents à ceux qui veulent construire un adversaire extrémiste et d'ultra-gauche anarcho-autonomiste totalement irresponsable afin de remplacer les oppositions actuelles est une excellente manière de rentrer dans le jeu du pouvoir actuel qui s'emploie à brouiller les lignes en proclamant d'un côté le culte à Guy Môquet et de l'autre les rafles (puis en s'indignant du mot "rafles"). Il faut dégonfler la baudruche par des moyens stylistiques plus légers.

Guy M. a dit…

@ Cyclomal,

On va de plus en plus mal, mais on y va, plus vite qu'à bicyclette.

@ Dominique,

J'ai eu tendance à prendre le commentaire de mon Anonyme (courageux) pour un tag sur le mur de mon blogue, un peu insignifiant)...

(A vrai dire, je ne savais pas responsable de ces propos.)

gauchedecombat a dit…

Jusqu'où accepterons-nous encore longtemps l'Intolérable ?

Résistance !

http://gauchedecombat.wordpress.com/2009/05/21/ump-sigle-de-lintolerable/

Guy M. a dit…

Les faits s'accumulent, ces jours-ci.

Alors continuons à les dénoncer...

Romain a dit…

Et l'état UMP va encore augmenter la dérive en créant une "Force d'Intervention Spéciale en milieu Scolaire". Le 7 Juin VOTONS.

Guy M. a dit…

Le vote du 7 juin me semble aussi efficace qu'un emplâtre sur une jambe de bois.