jeudi 24 juillet 2008

Ségolène fait du stop

Vous savez à quel point je m'attache, en temps réel, à l'évolution de ma carrière de blogueur influent.

Ainsi je scrute avec beaucoup d'attention le classement des livres dont je parle à l'aide des indicateurs chiffrés généreusement mis à la disposition du public par les marchands de livres du ouaibe.

J'ai pu constater que Milenio de Manuel Vasquez Montalbán que j'avais conseillé à mes camarades vacanciers était resté à la cent treize mille cent trente cinquième position dans la liste des meilleures (sic) ventes d'un célèbre vendeur de papier imprimé.

Cela me peine.

Beaucoup.

Mon esprit analytique ne trouve que deux facteurs limitant mon influence: le départ très tardif des français en vacances (cette année, il faut compter sur l'effet du "travailler plus pour bronzer plus tard") et l'arrivée inopinée du soleil sur les plages, d'où une sensible modification de la demande sur le marché.

Je vois une confirmation de mon hypothèse dans le classement, chez le même gougnafier international, du récent livre co-signé par madame Ségolène Royal et monsieur Alain Touraine, intitulé Si la gauche veut des idées. Classé trois cent cinquante neuvième des meilleures ventes!

Certes, le titre, et sa proximité sur les pages des "librairies" en ligne avec le livre de Guy Bedos, a pu faire croire à un certains nombre d'abrutis qu'il s'agissait d'un livre un peu rigolo, genre brèves de comptoirs. Mais j'incline à penser que les clients ont été plutôt attirés par le format: Milenio est en poche, donc en petit format, alors que
Si la gauche veut des idées est en première parution chez Grasset, donc en grand format.

Quel rapport?

Un rapport direct, indiscutable: Savez-vous que le "livre de plage" se doit d'être de grand format, afin de servir à protéger le visage du lecteur du soleil quand l'effort de lecture et la digestion de la pizza l'auront mené au roupillon postprandial ...

Fervent pratiquant de la religion de la sieste, il m'est difficile de déconseiller cette saine pratique à mes camarades vacanciers. Cependant je me permets de leur signaler que les livres ouverts sur leurs visages souffrent beaucoup, par imprégnation, de l'excès de crème solaire dont ils se tartinent le museau sur les conseils de le faculté. Et qu'un bob d'une ou deux tailles trop grand peut les abriter de manière beaucoup plus confortable, car le bob d'été comporte des aérations sur les côtés (pour les livres, on y songe, mais les prototypes ne sont pas encore au point...).

A ceux qui répliqueraient qu'un bob ne sert pas à ça, je demanderais s'ils savent bien quelle tête ils ont, eux, quand ils l'ont coiffée d'un bob...

Exemple de publicité tendancieuse pour le bob:
vous n'avez pas cette tête-là!

A propos...

Aux curieux qui voudraient voir quelle tête il a, monsieur Alain Touraine, et quelles "idées" s'agitent dedans, je propose cette vidéo désopilante que j'ai trouvée chez la Simone qui tient le blog La concierge est à l'entresol, et qui a posté ce morceau de choix avec pour tout commentaire:

"
Bon, je savais qu'il n'était pas brillant, mais là... quel marasme."

On ne saurait mieux dire. Regardez et écoutez.

(Et en prime vous aurez l'explication du titre du billet.)






8 commentaires:

Françoise a dit…

Bon... Je crois que je lirai la grande aventute du conducteur et de l'auto-stoppeuse quand elles seront imprimées sur un bob. D'une pierre deux coups !

(Mr Tourraine, ou la courtoisie faite homme... )

Françoise a dit…

Oups !

"quand elles seront imprimées"... j'ai changé ma phrase mais pas fait la correction nécessaire... Il faut lire "quand elle sera imprimée".

(C'est gentil d'avoir enlevé les signes-cabalistiques-à-taper-avant-de-valider. Merci !).

Guy M. a dit…

Je doute que Touraine soit capable de produire assez d'idées pour illustrer un bob.

PS: Les signes à déchiffrer agaçaient tout le monde (ou presque), alors j'ai réussi à les supprimer...

Flo Py (Fan de Bob) a dit…

"Tout se passe dans la tête".
Certes.
Ça m'a l'air un peu tout mélangé dans celle de Monsieur Touraine...

Bises et bonne sieste !

PS : m'enfin, qu'est-ce que tu as contre les bobs, Monsieur Guy ?!?

Guy M. a dit…

Alain Touraine m'est très sympathique: c'est un bel exemple de "sociologue influent".

Bises.

PS: le bob est laid et ME donne l'air cloche; Je hais le bob!

Ici, en bas... a dit…

Ah Touraine ! l'inénarrable... il est un peu à la sociologie ce que François Hollande est au socialisme, ou ce que la paella surgelée est à la gastronomie espagnole...

Guy M. a dit…

Bienvenue à la concierge dans l'escalier.

Je vois que concernant le socialisme et la bouffe (ainsi que la sociologie, mais là je suis moins compétent...) nous partageons les mêmes contre-valeurs.

Ici, en bas... a dit…

Ravie d'avoir trouvé cet escalier.
En ce qui me concerne, je suis à l'entresol si quelqu'un me cherche.