mardi 1 juillet 2008

Auto-défense




Pour les amateurs de jazz, la saison des festivals est déjà bien commencée... A croire que l'amateur type, cœur de cible et roi du créneau, est le retraité ou le préretraité.

Pourtant, le "marché" est plutôt morose du côté du swing, et l'on constate un effort d'ouverture vers des musiques plus nostalgiquement consensuelles. On invite des talents qui n'ont avec le jazz que des rapports de cousinage très éloigné... Joan Baez par ici, Joe Cocker par là... Enfin, tant que l'on ne prétend pas que Carla, c'est du sérieux, niveau groove...

Je ne pense pas que ce soit dans cet esprit d'ouverture artistique, œcuménique et polyphonique qu'Herbie Hancock a décidé ce "River of Possibilities Tour" qui passait par la Défense dimanche dernier. Les liens de Joni Mitchell, dont il interprète les chansons, avec la musique et les musiciens de jazz sont anciens et ne sont pas de circonstance... Il suffit de se souvenir du très bel hommage rendu par madame Mitchell à Charlie Mingus en 1979.

Ainsi donc, dimanche dernier je me rendis sur l'esplanade de la Défense, entre Miro et Calder, pour entendre Herbie Hancock aux claviers, Chris Potter au saxophone ténor, Dave Holland à la basse, Vinnie Colaiuta à la batterie et Lionel Loueke à la guitare.

Je n'y étais pas seul: monsieur Devedjian faisait lui aussi une sortie culturelle, non pas pour écouter la musique d'un afro-américain, dont il ignorait peut-être le nom jusqu'à ce jour, mais plutôt pour se mettre à l'écoute de ses concitoyens-électeurs-administrés.

Placé à l'approximatif centre de gravité d'un triangle formé de trois "gardes du corps" discrètement camouflés en employés des pompes funèbres, monsieur Devedjian a pu tenir sa cour et, m'a-t-il semblé, recevoir diverses allégeances. Ceci en toute tranquillité, en dégustant une bière et en ne prêtant aucune attention à la superbe musique, pleine d'énergie et d'invention, que les musiciens distillaient au loin, sur la scène.

De temps à autre un coup d'œil vers d'agaçants photographes, mais jamais vers la scène.


Mais la musique était belle, et après un solo inspiré de Chris Potter, désarticulant avec superbe rythme et mélodie d'un thème lancé avec une grande vigueur par Herbie Hancock au piano, je quittais l'esplanade de la Défense, pendant que la Grande Arche sombrait dans les lueurs du crépuscule.


5 commentaires:

myrage a dit…

Beuh, pas beau le Môssieur!!
Quelles rencontres tu fais quand tu viens à Paris, toi!

Pour Joan Baez, je dois m'insurger un ptit chouill'... C'est un truc que ma maman m'a refilé, à petite dose, j'aime bien, parce que ça me fait penser à elle. Mais ok, c'est pas du jazz (?), ... mais ça c'est mon papa qui est mordu!
Par contre, Joe Strummer, qui est plus de leur génération que de la mienne, beuh, un pounk!
Les sales mioches! Mais ils faisaient quoi dans les années 70, à part porter des pattes d'ef' et préparer ma soeur? (1978)...



Voilà, et je REteste : toc-toc!

Non?
Beuh, chuis déçue...
Décidément autant naître dans les années 80.

Allez, "tchô!", je suis fatiguée de ma dure journée de labeur...

Guy M. a dit…

Myrage,

Tu vois bien que blogger ne dévore pas tous les commentaires... c'est gratuit et sans pub, mais ça marche presque aussi bien que BlogLeMonde.fr...

Pour Joan Baez, elle sera au festival de je ne sais pluzou, et je l'aime beaucoup (malgré son vibrato qui me donne parfois le mal de mer!)

Ne ma parle pas de la fin des années 70 (dont je suis un survivant), ce fut une horreur!

Bises.

Flo Py a dit…

Bonjour !

Le festival de je ne sais pluzou, c'est le Festival Jazz de Nice. Joan Baez y sera le 26 juillet prochain.
http://www.infoconcert.com/html/navigation/news.php?id=2948&page=4
Et en cherchant un lien, j'ai appris qu'elle fera aussi un concert à Paris en octobre.

Bises et bonne journée !

PS : vraiment, je trouve que l'homme à tête de poisson mort est plutôt à son avantage sur tes photos. A croire qu'il t'inspire malgré tout une certaine sympathie ;-)

Guy M. a dit…

Flo Py,

La faune marine est assez menacée comme ça, il est inutile de la stigmatiser davantage, non?

Bises.

PS: je n'avais pas voulu citer le festival de Nice, dont les organisateurs n'ont pas voulu m'envoyer des places gratuites, sous prétexte que mon blog n'est pas assez fréquenté par les personnes du troisième âge....

myrage a dit…

Bon, ben je me vois dans l'obligation de me répondre : qui est-là?

Après, par contre, pour les calembours, je vous laisse chercher, faut bien que vous bossiez un peu.

Non pas que j'ai moi même jamais feuilleté le TROMBONE ILLUSTRE-é (!)
mais l'expo Franquin à la Villette il y a qq années fut fort instructive...
Alors, hein?!
Bon, ben tant pis...