lundi 7 juillet 2008

Lutte des classes, nouvel épisode: le crachat.

Devant un parterre de personnalités de l'UMP, qui ont au moins en commun, je suppose, de glousser au prononcé du seul mot de "travailleur", monsieur Nicolas Sarkozy a retrouvé l'autre samedi, toute sa faconde, toute sa gouaille et toute sa verve… Ceux qui le trouvaient pâlot ces jours-ci ne peuvent que s'en réjouir, et si j'en crois les rires courtisans et les applaudissements obséquieux, ils ne s'en privent pas.


Ce type de déclaration, en pesant les mots, cela peut s'appeler un crachat.

A afficher à l'Elysée.

Pour beaucoup de journaleux, cela devient une boutade.

Pour monsieur Darcos, spécialiste du commentaire littéraire, il faut replacer la déclaration dans son contexte (LeFigaro.fr, avec AFP):

«Ce qu'il faut rappeler c'est dans quel contexte le président s'exprimait: il parlait à l'Europe. (…) Il avait devant lui le président du Parlement européen, le président de la Commission, il a leur dit "sachez que la réputation de la France d'être un pays souvent en grève, qui gêne souvent les usagers, est une réputation qui est aujourd'hui un peu dépassée, c'est un pays qui se modernise". C'est dans ce contexte qu'il fallait saisir la phrase du président.»

Les 2000 fayots, cadres de l'UMP, présents n'étaient donc là que pour la figuration… le discours du président ne leur était pas destiné…

Et nous alors ? Moins que figurants, c'est certain.

J'entends bien quelques dirigeants syndicaux s'essuyer avec dignité du crachat, en réaffirmant, probablement, leur foi dans le "dialogue social".

Mais je voudrais quand même leur signaler une découverte que j'ai faite en bon hypocondriaque optimiste (en effet, j'adore me renseigner sur des maladies dont j'aimerais guérir sans les attraper). J'ai donc trouvé qu'il existait un "crachat rectal", formation glaireuse apparaissant dans les selles diarrhéiques (les curieux pourront trouver des précisions ici et trouver une photo ).

Je me demande s'il ne faudrait pas filer la métaphore du crachat jusque là, et en profiter pour soumettre à la méditation de mes compatriotes cet adage que l'on dit encore dans mon canton:

«Faut pas venir nous chier dans les mains, et attendre qu'on dise merci.»

Il y a des vrais poètes, dans mon canton.

16 commentaires:

Flo Py (nauséeuse) a dit…

C'était déjà insupportable à entendre sur France Info, mais alors avec l'image en plus, c'est carrément l'horreur !!! Ce type est la fatuité faite homme !

Bises, Monsieur Guy.

Guy M. a dit…

Remettez-vous mademoiselle Py,

Sur le site des docteurs du ouaibe, on trouve aussi de bons conseils pour faire face à la nausée...

Bises et bon rétablissement ;-)

PS:(ceci dit, je suis d'accord (mais je me soigne...))

Françoise a dit…

J'avais lu seulement ces belles paroles, c'était déjà pas drôle. Mais je n'aurais jamais du regarder ça avant de déjeuner...

S'il reste à quelqu'un un peu d'appétit, voici un petit dessert :

http://www.u-m-p.org/site/index.php/ump/s_informer/communiques/il_faut_que_la_gauche_s_habitue_a_ce_que_le_president_fasse_ce_qu_il_dit

Guy M. a dit…

Bon appétit quand même, Françoise, et merci pour le dessert.

Dorémi a dit…

Pour éviter de faire grimper le taux de fréquentation de leur site, voici un copié-collé de leur logorrhée :

Il faut que la gauche s'habitue à ce que le Président fasse ce qu'il dit

La gauche pousse des cris d'orfraies et feint de s'étonner que le Président de la République tienne les engagements pris devant les Français. Il faut qu'elle s'habitue à ce que le Président fasse ce qu'il dit !

Empêcher les blocages du pays et les prises en otage des usagers des services publics lors des conflits sociaux, c'est tout simplement respecter les libertés des Français, celle d'aller et venir, celle de travailler ou celle du libre accès à l'école.

Après le service minimum dans les transports, c'est bientôt au tour du service minimum d'accueil dans les écoles d'être adopté par notre majorité. Ces réformes ne limitent pas le droit de grève mais proscrivent le droit de nuire impunément aux Français.

Alors que notre pays était sur cette question la risée des pays européens, le Président de la République a bien fait de souligner le chemin accompli devant les plus hautes autorités européennes -les présidents de la Commission et du Parlement européens- à l'occasion du Conseil national de l'UMP.

Frédéric LEFEBVRE

Porte-parole

Secrétaire national à l'économie
et aux nouvelles technologies

Communiqué de l'UMP, le 6 juillet 2008

À vot' bon coeur. À la condition qu'il soit bien accroché, oeuf corse…

Guy M. a dit…

Merci pour ce bel exercice de clic droit!

C'est le "dessert" que proposait Françoise, et il montre bien que tous les Umpistes ne faisaient pas de la figuration... Il y en avait un pour tartiner un communiqué!

Guy M. a dit…

C'est quand même bizarre, aujourd'hui tout le monde a l'air d'avoir un peu mal au cœur...

Flo Py a dit…

Ben dis donc, c'est un peu normal avec ce que tu nous balances ! ;-)

Bises et bonne nuit !

PS : j'avais pas fait attention, tout à l'heure, mais... on se re-vouvoie, finalement ?

Guy M. a dit…

Bon, d'accord, je ferai un peu moins scato la prochaine fois...

Mais c'était pour explorer la métaphore...

Bises et bonnejournée.

PS: le voussoyement, c'était une figure de style, mais je ne sais plus laquelle.

Françoise a dit…

Moins scato... Tu parles de quoi là ?

Si c'est de l'adage des poètes de ton canton, je n'y trouve rien à redire.

Guy M. a dit…

Ah! tu me rassures.

Je redoutais que les amis de la poésie ne goûtent pas la saine rugosité des aèdes cantonaux...

Françoise a dit…

Habitant en pays cantonal-champêtre, j'apprécie à sa juste valeur la poésie bien d'chez nous.

Françoise a dit…

Après le dessert la cerise sur le gâteau ?

http://www.marianne2.fr/TF1-joue-les-pompiers-de-la-Sarkozie_a89073.html

(À consommer avec modération, pour éviter les haut-le-cœur).

Guy M. a dit…

Merci Françoise,

C'est une intéressante façon de voir les choses. TF1 est indispensable!

Flo Py (en pleine crise d'urticaire après avoir vu la Chazal) a dit…

Dois-je préciser que c'est le fond du billet et non la poésie cantonale qui m'a donné la nausée ? ;-)

Françoise, les liens que tu donnes sont... innommables.

Bises !

Françoise a dit…

@ Flo Py,

Le messager n'est pas responsable du message. Ne m'en veux pas trop...