samedi 26 juillet 2008

Intermède musical

Je suis sûr que pour beaucoup de mes lecteurs en bas-âge, nés à l'ère Mitterrand et naufragés de la méthode globale, le jazz se réduit à ce que les margoulins qui vendent du CD étiquettent "jazz vocal". Ce style musical très en vogue est bien illustré par quelques chanteuses à la plastique soignée d'ancien top model qui détaillent de jolies mélodies d'une voix assez agréable à regarder, mais ennuyeuse à écouter.

Les parisiens de souche ou d'adoption auront ce samedi l'occasion de revoir un peu cette idée, à la seule condition de prendre une entrée au Parc Floral de Paris, qui est situé vers Vincennes, pour assister au concert de Steve Coleman & Five Elements + Opus Akoben, dans le cadre du Paris Jazz Festival, je traduis: Festival de Jazz de Paris.


Steve Coleman, saxophoniste alto, est né en 1956 à Chicago. Il est aussi compositeur, programmeur, producteur et enseignant. Son intérêt pour la programmation l'a amené à travailler à l'IRCAM sur le projet Rameses 2000.

La plupart de ses enregistrements sont téléchargeables.

Il donnera à Vincennes un concert avec son groupe "classique" (fondé en 1981) et les "rappeurs" d'Opus Akoben. Belle rencontre entre des instrumentistes solides et de vrais vocalistes.

Vous pouvez voir ce que cela donne en regardant ces vidéos postées par quasimotown sur Daily motion.




D'après les indications de quasimotown (qui donne trois autres vidéos), ces images ont été prises (de la salle, semble-t-il) à Fontenay-sous-Bois, le 9 février 2008 et on peut entendre:

STEVE COLEMAN & THE FIVE ELEMENTS: Steve Coleman, saxophone alto; Jonathan Finlayson, trompette; Tim Albright, trombone; Jen Shyu, voix; Thomas Morgan, basse; Tyshawn Sorey, batterie.

et

OPUS AKOBEN: Kokayi, voix; Sub-Z, voix; Ezra Greer, basse; Jon Laine, batterie; Ayce International DJ.

Ce sera, à peu de choses près, le "plateau" du parc floral à 16h 30.

A 15h, le premier concert du jour, assuré par le groupe SF Jazz Collective, réunira:

Joe Lovano, saxophones; Dave Douglas, trompette; Stefon Harris, vibraphone, marimba; Miguel Zenón, saxophone alto, flûte; Robin Eubanks, trombone; Renee Rosnes, piano; Matt Penman, basse; Eric Harland, batterie.

6 commentaires:

myrage a dit…

Merci.

Mais non, c'est pas vrai.
Enfin je sais pas qui sont ces chanteuses à la plastique d'anciens tops dont tu parles,
mais moi qui suis comme tu dis née dans les années 80, pour le jazz, j'en suis à... Ella Fitzgerald, Django Reinhardt, Thelonious Monk, Charles Mingus, Charlie Parker, et sans doute qq autres de passage moiins fréquent sur ma platine...
Ah oui, un groupe dont je ne sais rien (ni de leur plastique d'ailleurs), mais que j'apprécie bcp en ce moment, Kora Jazz Trio, des Africains, je crois.
Très agréable à l'oreille, avec une petite pointe d'exotisme en plus. ;)
Et bien sûr, la série Ethiopiques, découverte grâce à ce cher Jarmusch (BO de Broken Flowers).

Si j'écoute de plus en plus de jazz, je manque encore cruellement d'approfondissement culturel dans ce domaine,
merci de participer à mon éducation musicale...

Je ne sais pas si j'aurai le temps de me déplacer au parc floral ce weekend, et les concerts en solo c'est pas toujours marrant, mais on verra.
Demain y'a des trucs aussi?

myrage a dit…

Ah oui oui oui!
Le Body and Soul de Coleman Hawkins que tu m'as conseillé ailleurs est savoureux.
MERKI.

Mais il ne chante pas, j'avais envie de mettre une version avec les paroles sur mon blog. Bon.
Je suis pas fiérotte de ce pourquoi ça m'a pris en pleine nuit de vouloir écouter ce titre plutôt que ceux des Mescaleros qui trainaient dans ma chaîne. J'étais en train de regarder Pride and Prejudice (oui, ok, c'est nazouilleux, mais ils me font quand même rigoler, la très jolie Kiera Knightley, les parents, et le tête--claque taciturne, et à la fin, ihui dit "you've enwitched me body and soul". Ca m'a rappelé des trucs.

Mouaille mouaille, je vous accorde que c'est pas du grand top, tout ça.
Mais je ne peux pas penser QU'à Joe Strummer tout le temps!!
(non, je déconne, mais quand même!)

myrage a dit…

Je viens de mettre une jeune déesse sur mon blog.
Autant Sarah Vaughan, je m'en fous, elle était juste dans la liste Deezer,

autant là, on va s'engeuler si tu ne tombes pas sous le charme d'Ambrosia Parsley et ses compères.

Ici, en bas... a dit…

Je suis sûr que pour beaucoup de mes lecteurs en bas-âge, nés à l'ère Mitterrand et naufragés de la méthode globale, le jazz se réduit à ce que les margoulins qui vendent du CD étiquettent "jazz vocal"...

C'est ce que pensait la concierge, qui n'a pas d'âge, avant de rencontrer un certain nombre de petits jeunes, munis de gilets de sauvetage, de bonnes oreilles et d'esprit critique. Grâce à cet équipement, et malgré des parents socialistes, ils ont ainsi échappé à la lecture de Oui-oui, au vote oui-oui et au faux jazz "yess yess".

Guy M. a dit…

@ myrage,

Je ne sais pas s'il y a une culture à se construire pour entrer dans l'univers de ce que l'on nomme jazz (qui m'apparait comme un domaine qui ne vaut que par les frontières qu'il dépasse)... je crois que l'on découvre de proche en proche. Je me souviens qu'en voulant découvrir Miles je suis tombé de mon tabouret en entendant l'attaque du solo du "sideman" Coltrane...

Bonnes découvertes... Bises.

PS: je sais qu'aujourd'hui, à Vincennes, le second concert est assuré par David Murray.

@ la Concierge,

j'exagère parfois un peu ;-)

Il y a encore une belle jeunesse pour fréquenter les concerts de jazz, pour la plus grande joie du "papy".

myrage a dit…

juste pour me corriger... "bewitched"... Et "Keira".
Voilà qui est fait.

Sisi, le jazz m'intéresse surtout pour ses connexions avec l'histoire noire américaine.
Donc particulièrement le free jazz.
Mais pas trop Miles Davis, en fait.
Monk Monk Monk!