mardi 20 janvier 2009

La sécurité Taser pour les dames





On me connait dans la blogosphère comme un grand admirateur des produits de la maison Taser, qui épargnent des vies depuis tant d'années, et je n'ai pas épargné mes efforts pour en démontrer les effets bénéfiques pour la paix civile ( ici, et , et encore ).

On doit aussi à la société Taser l'enrichissement du vocabulaire courant de ce bel adjectif, "létal", qui a quitté les amphis de la fac de médecine pour venir s'asseoir avec nous au comptoir. Il est maintenant des nôtres.

Comme il n'y a pas que la culture dans la vie (il y a aussi le commerce), la société Taser a inventé de vendre une version légère de son célèbre pistolet non létal à impulsion électrique, destinée à tout un chacun ayant besoin d'un solide argument défensif.

Je m'appelle Stoper C2, je mesure 15 cm
et j'existe aussi en bleu, métal ou léopard.
Je suis classé dans les armes de sixième catégorie,
avec les couteaux et les bombes lacrymogènes.

Vous pouvez découvrir cet objet sur le site qui lui est consacré par la société SMP Technologies, qui se présente ainsi, en toute modestie:

Crée début 2003, SMP Technologies est une société française indépendante, imaginant, fabricant et commercialisant des produits électroniques de très haute technologie en collaboration avec Taser International aux USA. Grâce à leurs réseaux de chercheurs incluant la NASA, le Pentagone, les grandes écoles françaises et la passion de leurs membres, elles développent des petits bijoux de technologie et d'inventivité.

Vous pourrez y trouver LA réponse à cette fascinante question: "Stoper C2, pourquoi ?"

La voici:

EN FRANCE, TOUS LES 2 JOURS, UNE FEMME MEURT SUITE A DES VIOLENCES CONJUGALES.

Ce qui est une explication tout à fait irréfutable.

Page d'accueil très glamour du site

Quand on fait dans le non-létal, on peut aussi faire dans le non-dit, mais il est assez évident que la cœur de cible, si j'ose dire, est ici la clientèle féminine.

Ce qui n'a pas échappé à Samira Hamiche, qui signe un article d'une exclusivité douteuse pour le JDD.

Il est petit, rose, et se glisse aisément dans un sac à main. Tellement inoffensif de prime abord, qu'on le croirait tout droit surgi d'un catalogue d'épilateurs électriques.

Je suppose que la notice livrée avec l'appareil signale les effets secondaires gênants en cas de contre-emploi comme épilateur...

L'article signé d'Alexandra Guillet, publié sur le site de TF1-LCI sous le titre plein d'esprit "Auto-défense - Le Taser, version civile, électrisera-t-il les femmes ?", donne la parole à Antoine di Zazzo, dont les fortes paroles ne pourront qu'émouvoir mes lectrices fidèles:

Avec le Stoper C2, Taser France vise une cible bien particulière : les femmes. "En France, elles sont 2,2 millions à se plaindre de violences, une femme est tuée tous les deux jours, 150 000 sont hospitalisées tous les ans, 48 000 autres violées, égrène Antoine di Zazzo. C'est intolérable. Tout comme il est intolérable qu'une femme n'aille pas au cinéma le soir parce qu'elle a peur de descendre la nuit dans le RER ou dans un parking pour récupérer sa voiture". Avant de cibler sa campagne sur les femmes, Taser affirme avoir réfléchi avec de nombreuses associations du 93 et du 95. "C'est pour cela par exemple que nous ne recommandons pas le Stoper aux femmes battues par leur maris, de peur que ces derniers ne se vengent avec".

Cette dernière assertion est en contradiction avec l'argument publicitaire cité plus haut, mais ce n'est pas grave: il n'y a que les pacifistes imbéciles qui ne changent pas d'avis.

Et puis, il faut remarquer que cet article date du 23 janvier 2008.

Michèle Alliot-Marie, désarmée, ne peut résister à l'agression d'un vieux beau grisonnant.

Un an après cet article, et à la suite d'une prétendue enquête "exclusive" d'Europe 1, relayée par le JDD, madame Michèle Alliot-Marie aurait réagi:

"Cette situation ne me convient pas"

Les semblants de contrôle, lors de la vente de ce produit, ne semblent pas convenir à madame Alliot-Marie.

Toujours d'après le JDD:

Se procurer le Stoper C2 est simple. Pour poser sa candidature, il suffit d'une copie de pièce d'identité et d'une lettre de motivation. Et, condition sine qua non, le candidat doit suivre une séance de formation d'une heure (payée 100 euros), dispensée par un instructeur de Taser France, et un policier. Mais aucun test psychologique n'est prévu. Plus que sa dangerosité pour l'agresseur, ce sont les dérives potentielles chez les utilisateurs qui inquiètent. La sélection des clients semble relativement souple et subjective. Seul l'âge du candidat semble être un facteur ostracisant, les formateurs rencontrés par le journaliste d'Europe 1 ayant expliqué ne pas le vendre à des personnes "trop jeunes".

A propos, je me demande bien ce que font les policiers dans ces formations dispensées par une société privée. Du bénévolat ? Ou du rabiot ?

Mézalors, il me semble que les fonctionnaires sont tenus d'obtenir une autorisation de leur supérieur hiérarchique pour arrondir leurs fins de mois hors fonction publique...

6 commentaires:

Marianne a dit…

A t elle porté plainte , Michelle ?
Le sujet est préoccupant mais bien présenté je commence la journée en souriant , merci .

Guy M. a dit…

Non, son agresseur a été terrassé démocratiquement...

Par ailleurs, elle envisage de faire passer le Stoper en catégorie 4.

Bonne journée souriante.

Le Charançon Libéré a dit…

Tout pareil : tu m'as bien fait marrer. :-)

Et puis, tu m'as donné envie d'investir, pour peu que ce joli petit joujou ne soit pas réservé qu'aux femmes. Pour les manifs, ça doit mieux marcher que le pavé, non ? Soyons modernes…

Guy M. a dit…

Je ne sais si le pavé est répertorié dans les armes de poing.

Ceci dit le Stoper n'est livré qu'avec une "cartouche", ce qui limite un peu.

pièce détachée a dit…

Je peux avoir le modèle impression léopard, pour aller avec ma tronçonneuse à motifs peau-de-tigre de célibataire peau-de-vache?

(très belle version de Ne vous mariez pas les filles ; j'en étais restée à Juliette Gréco...)

Guy M. a dit…

Le modèle "léopard" est très classieux, je dois dire; et ça va avec tout.