vendredi 2 janvier 2009

Dispersion de poubelles à Nanterre



Puisqu'aucun(e) des proviseur(e)s qui ont eu l'avantage de m'avoir dans leur équipe pédagogique ne m'a jamais suggéré, au détour d'un couloir, de postuler à un poste de direction, je me sens très mal placé pour donner un avis sur l'initiative prise par madame la proviseure du lycée Joliot-Curie de Nanterre (des informations ici et ).

Ce lycée accueille 1321 élèves, encadrés par 137 professeurs, si j'en crois la présentation générale de son site officiel. L'établissement est classé en zone d'éducation prioritaire et propose des formations pour les Bacs généraux (séries S, L et ES) et les Bacs des filières technologiques (STT), ainsi que trois sections de BTS et deux classes préparatoires aux grandes écoles littéraires. Il est dirigé par une proviseure, assistée de deux proviseures adjointes et quatre conseillers principaux d'éducation.

Vu d'en haut, c'est beau.

L'initiative de madame la proviseure de convoquer, le 19 décembre, trois conseils de discipline pour juger des cas d'absentéisme insistant, a eu pour conséquence, cette semaine, la mise en examen de deux lycéens mineurs après un placement en garde à vue, ainsi que la convocation d'une lycéenne majeure devant le délégué du procureur.

Il y a bien sûr un raccourci aventureux dans ce que vous venez de lire, mais qui marque bien qu'il y a quelque chose qui cloche la-dedans...

Convoquer un conseil de discipline à la veille des vacances scolaires, ce n'est certes pas finaud, mais c'est une pratique assez courante, pour des raisons de commodité inavouables...

Cependant, convoquer un conseil de discipline pour juger de cas d'absentéisme, voilà une pratique plus inhabituelle, même si elle est prévue dans l'échelle des sanctions du règlement intérieur. Un absentéisme qui relève du conseil de discipline est à coup sûr un absentéisme qui dépasse la mesure. Mézalors, on peut se poser la question de savoir à la suite de quelle négligence on a pu laisser se développer hors de toute mesure ledit absentéisme...

A l'issue du dernier conseil de discipline, l'élève mis en cause aurait laissé éclater sa colère, soutenu par deux déléguées des élèves. Injures et menaces furent proférées en direction de la proviseure... Ce n'est jamais bien agréable d'être injuriée et menacée en public lorsqu'on se croit en plein exercice de l'autorité; il vaut mieux être dotée d'une personnalité qui vous met à l'abri de cela, ou être douée d'une grande habilité pour rétablir la situation...

Ce ne fut pas le cas. Dépôt de plainte contre les trois élèves. Suivi de la plainte. Garde à vue pour tout le monde. Mise en examen pour les uns et convocation pour l'autre.

Par exemple...

Madame la proviseure du lycée Joliot-Curie a posté sur le site de son établissement un "mot au sujet des derniers événements", que vous pouvez consulter dans son intégralité.

Ce mot, adressé à "Madame, monsieur, chers collègues," me semble destiné aux parents et aux enseignants... Je ne sais si elle prévoit de donner des explications aux élèves.

Après avoir relaté la tenue, et le manque de tenue, des trois conseils de discipline, madame la proviseure en arrive au point crucial:

Ces menaces, devant témoins et en réunion, envers l’institution que je représente ne me laissaient d’autre alternative que de porter plainte.

(On ne va pas lui faire la leçon sur le sens du mot "alternative"... )

Madame la proviseure fait suivre cet aveu de l'obligation où elle fut de porter plainte d'une allusion hors de propos à une intrusion nocturne dans le lycée. Je préfère ne pas croire que pour elle les coupables sont désignés d'avance... ou qu'elle pratique ce que l'on peut appeler, je crois, amalgame.

Voici son texte, sans correction de ma part (j'ai assez de mal avec mes propres "fautes de frappe"):

Dans la nuit de vendredi à samedi, des individus cassèrent trois baies vitrées de l’entrée du lycée, s’introduisirent dans celui-ci avant de s’enfuir après avoir déclencher les alarmes et avec l’arrivée de la police.

Plus en rapport avec les événement du vendredi soir, suit son témoignage sur les incidents du samedi matin:

(...) Le samedi matin un groupe d’élèves dont les déléguées élèves au conseil de discipline et l’élève exclu la veille bloquaient tout le lycée avec des poubelles.

Après une tentative de mise à feu des poubelles et un blocage de la circulation sur l’Avenue Joliot Curie, les forces de l’ordre dispersèrent sans heurts les manifestants et les poubelles.

J'avoue que cette image de dispersion des poubelles par les forces de l'ordre est d'une grande puissance évocatrice...

La section suivante est consacrée à une défense des dispositifs mis en œuvre pour lutter contre l'absentéisme:

Comme je l’ai annoncé en début d’année, aux élèves, aux parents et aux professeurs en assemblées plénières, nous souhaitons, l’ensemble de la direction et de la vie scolaire, faire de la lutte contre l’absentéisme un axe majeur et continuerons d’agir en ce sens.

Nous avons souhaité entendre en ce sens les collègues enseignant à ces élèves absentéistes récurrents, unanimes lors des conseils de classe pour regretter et déplorer qu’un élève très absentéiste l’année antérieure puisse se retrouver dans la même situation dès les premiers jours de la rentrée sans que rien ne soit fait par l’institution.

Les commissions de suivi, les commissions d’absentéisme ont été mises en place et fonctionnent régulièrement ; des parents, des professeurs, le service social et de santé y sont conviés ; lorsque tous ces moyens échouent les conseils de discipline sont et seront malheureusement convoqués.

Certes, on ne voit pas trop comment ça marche, ces commissions qui fonctionnent...

Ce que l'on constate, c'est que ça ne marche pas très fort.

Mais cela n'empêche pas madame la proviseure de prendre la pose pour la rentrée:

J’ai la prétention de formuler mes vœux pour la réussite de tous les élèves au Lycée Joliot Curie dans le plaisir de travailler et de venir au lycée.

Je crains fort que cette prétention ne soit pas vraiment une qualité en soi.

5 commentaires:

Le Charançon Libéré a dit…

Elle ne sait pas écrire, cette dame… Ça la fiche mal, pour quelqu'un qui donne des leçon d'éducation et de savoir-vivre.

Guy M. a dit…

Tu crois ? Ce ne sont pas seulement des fautes de frappe ?

JR (abcdetc) a dit…

Les poubelles de Nanterre ont des relents révolutionnaire insupportable aux narines provisorales et autres.
C'est dans l'Huma (au retour de Normandie) que j'ai lu cette histoire.
Sans conditionnel, l'article expliquait les mauvais rapports entre madame Fuhrel et ses élèves par leur trop grande mobilisation contre la réforme Darcos.
Le devoir de réserve imposé par la force.
Une grande leçon de pédagogie en plus d'une leçon de français...

Marianne a dit…

A la lecture de la prose de la dame , je suis surprise que les événements aient pu aller jusqu'au conseil de discipline .
Même si la tache, proviseur, n'est pas facile , triste bilan pour cette dame qui a la prétention de faire de ces lycéens des adultes en passant par l'exclusion via la case police .
Tous mes vœux pour vous, vos écrits et les bras et mains qui vous aident .

Guy M. a dit…

@ JR,
Je ne crois pas que les poubelles du lycée rejoignent dans la mémoire de la contestation celles de la fac.

Quant à la proviseure, je lui souhaite de savoir rédiger une demande de mutation.

@ Marianne,
Merci de vos vœux et je vous souhaite aussi plein de choses heureuses...

L'absentéïsme est, en effet, une chose trop délicate, en général, pour être traité uniquement par l'écoute (et le sermon) en commission ad hoc, surtout surtout pour déboucher sur un conseil de discipline...