samedi 3 janvier 2009

Cynisme d'état



L'une des phrases les plus cyniques de cette semaine a été prononcée ce jeudi par madame Tzipi Livni, ministre israélienne des Affaires étrangères et candidate du parti centriste Kadima au poste de Premier ministre. .

Selon Liberation.fr, après avoir été reçue par monsieur Nicolas Sarkozy, madame Livni a assuré à la presse qu’Israël «distingue (lors des opérations) la guerre contre le terrorisme, contre le Hamas, de la population civile. Ce faisant, nous maintenons la situation humanitaire à Gaza exactement comme elle doit être».

Pardonnez-moi, je n'ai pas pu m'empêcher de grasseyer avec vulgarité une partie de la citation, non que je pense que vous ne savez pas lire, mais parce que mon clavier ne me propose pas de point d'indignation.

Madame Livni, pathétique face à la presse,
expliquant sans doute qu'il n'y avait pas d'autre solution...

Le même jour, et cette fois par la voie d'un communiqué, refusant clairement la proposition d'une trêve de 48 heures, diffusé par son ministère à Jérusalem, madame Livni précisait:

Il n'y a pas de crise humanitaire dans la bande, et par conséquent pas besoin de trêve humanitaire.

Et ajoutait:

Israël apporte une aide humanitaire globale à la bande de Gaza (...) et l'a même accrue aujourd'hui.

L'aide humanitaire globale apportée par l'état d'Israël aux habitants de la bande de Gaza se solde actuellement (selon Reuters, citée ici) par "430 morts et quelque 2.000 blessés, en quasi-totalité palestiniens". Les amateurs de statistiques estiment à un quart la proportion de victimes civiles, sans préciser quelles sont les bases de leur estimation.

Par ailleurs, le Programme alimentaire mondial, dans un communiqué publié le 2 janvier, indique que "La situation actuelle à Gaza est épouvantable et de nombreux produits alimentaires de base ne sont plus disponibles" et estime à 9 millions de dollars les besoins supplémentaires en nourriture.

De son côté, l'organisation humanitaire Oxfam France affirme que "la crise humanitaire s'aggrave chaque jour" à Gaza, que "les hôpitaux sont débordés par les blessés, les eaux usées non traitées s'écoulent dans les rues et les réserves d'eau diminuent, tandis que les stocks de chlore pour traiter l'eau sont en voie d'épuisement" et que "la nourriture et le carburant se font également de plus en plus rares".

Si j'ai bien compris la déclaration de madame Livni, c'est ainsi que doit être la situation humanitaire dans la bande de Gaza.

Quant à la situation immobilière, ici, la bulle a explosé...

Il est évident que madame Livni peut se permettre de pousser le cynisme jusqu'à ce point.

On rapportera fidèlement ses propos.

Sans trop de commentaires désobligeants, car, que voulez-vous, que ne dirait-on pas si je disais, par exemple, que j'entends ici le mot "cynisme" en son sens strictement étymologique...



PS: Sur ce sujet, abordé avec plus de profondeur qu'il ne l'est ici, vous pourrez lire l'article de Mona Cholet sur le site Périphéries et le billet de JR sur son blogue abcd etc...

6 commentaires:

JR (abcdetc) a dit…

m'est avis que nos deux esprits ne seront pas de trop pour … je ne sais quoi au juste.
Au juste ?
Bonne journée.

Guy M. a dit…

Y a-t-il encore un juste dans la salle ?

Flo Py a dit…

Rholala... Je me relâche un peu trop en ce moment : je n'étais même pas au courant qu'une nouvelle manif était prévue, cet après-midi...

Bises et bonne soirée !

Guy M. a dit…

La manif de Paris a été plus importante qu'il n'était prévu...

Mais l'artillerie israélienne est entrée en action.

Rien ne semble devoir les arrêter...

Marianne a dit…

Moi aussi j'ai loupé la manif , mais hélas il y en aura d'autres avant qu'une solution soit trouvée ce qui ne retire rien aux propos honteux de Livni . Un bon gazaoui pour elle est un gazaoui mort je suppose et la communauté internationale s'associe à ce massacre qu'elle dénonce mollement . Aucun écho des israéliens qui sont contre cette politique de va t'en guerre et il y en a .

Guy M. a dit…

Les opposants à la guerre israéliens sont doublement censurés: dans leur pays et dans nos pays. C'est pourquoi, sans doute, on nous présente les massacres de Tsahal comme indispensables à la défense des valeurs des "pays libres".