mardi 13 janvier 2009

Arts de la rue à Saint-Lô




Certains vous diront que les arts de la rue n'ont rien à voir avec l'Art. Ne les écoutez pas, les arts de la rue, quand ils n'utilisent pas jusqu'à satiété des formules stéréotypées, sont un domaine où la création artistique peut s'épanouir; et l'on y voit le talent et la virtuosité se mêler à l'inventivité et à la vitalité.

Je pourrais vous en donner de nombreux exemples, et vous parler aussi de la manière dont une fanfare, des claounes, des jongleurs, des tambourinaires, des acrobates... peuvent susciter des étincelles dans les regards, et retisser pour un moment une étoffe sociale dont la trame est celle de l'enfance, et la chaîne, celle des jours présents...

Je suis sûr que monsieur Sarkozy est un grand amateur d'une certaine forme d'art des rues, celle qui tient à éprouver la solidité du tissu social à coups de matraques, puisqu'il se fait toujours accompagner par une troupe imposante de ces artistes.

Un des artistes présents à Saint-Lô.

La très grande originalité du cirque de rue de la Compagnie Sarkozy est l'uniformité du costume bleu foncé de ses membres, et l'apparente pesanteur de leur équipement et de leurs accessoires. Le public est toujours un peu surpris de la très grande variété de mouvements que peuvent effectuer, durant leur spectacle, ces épais crustacés carapaçonnés.

La seconde originalité de la troupe, et non la moindre, est de mener son spectacle résolument contre le public dès que celui-ci se mêle de participer quelque peu à la fête. Il n'est pas rare que des comparses égaillés parmi l'assistance n'activent un peu le déclenchement des opérations, qui une fois démarrées peuvent aller très loin: on dénombre de plus en plus souvent des blessés à la fin des spectacles.

Voici quelques impressions de spectateurs à l'issue de la représentation donnée à Saint-Lô, dans la Manche (je ne sais pas si les non-normands connaissent... disons que c'est à l'ouest, mais pas complètement). Les habitants de la Manche plaisantent bien sûr en appelant les artistes les "forces de l'ordre": c'est un département de déconneurs...

Les responsables syndicaux de la Manche ont dénoncé lundi à Saint-Lô le comportement des forces de l'ordre à l'occasion de la visite de Nicolas Sarkozy, accusant celles-ci d'avoir "joué la provocation".

"Nous sommes indignés par le comportement des forces de l'ordre qui n'ont cessé de jouer la provocation toute la journée", a déclaré lors d'une conférence de presse commune avec d'autres responsables Ralph Lejamtel, secrétaire départemental de la FSU.

"La pression était crescendo toute la journée contre les jeunes. On a vu des syndicalistes se faire bastonner, des femmes jetées au sol. On n'a pas l'habitude de ce genre de pratique dans le département", a ajouté M. Lejamtel.

Le secrétaire départemental de la CGT Lionel Lerogeron a accusé Nicolas Sarkozy de "donner l'ordre à ses troupes de créer des incidents pour casser l'image de la forte mobilisation", alors que ses réformes "sont un échec".


Les syndicalistes ont pris pour exemple l'unique vitrine cassée dans un magasin du centre de Saint-Lô, un incident dont sont responsables selon eux les forces de l'ordre, et dont ils affirment détenir une vidéo.


(...)

"Aucun des accords conclus préalablement avec la préfecture concernant l'organisation de la manifestation n'a été respecté du côté des forces de l'ordre", a accusé Lionel Lerogeron.


Les syndicalistes se sont réjouis de la manifestation qui a rassemblé selon eux près de 5.000 personnes, toutes catégories confondues.

(Communiqué AFP du 12 janvier)

Ainsi que le fait remarquer le Mammouth Manchois Enervé:

Entre 4 000 et 5 000 manifestants semble être un chiffre raisonnable. Notons qu'en ces terres plutôt tranquilles d'habitude, une manif de cette ampleur est exceptionnelle et révélatrice.

Il est possible de trouver des témoignages plus complets sur ces événements, vus de l'intérieur sur le blog du Mammouth (qui donne par ailleurs bon nombre de liens), et sur Résistances Caen (qui donne aussi un gros paquet de photos).


Saint-Lô en pleine fiesta sarkozienne.
(Photo du blog du Mammouth)

Le résultat des festivités de Saint-Lô est ainsi résumé dans la dépêche AFP déjà citée:

Selon les syndicats, 11 personnes au total ont été interpellées mais elles devraient être libérées dans la soirée, selon les assurances données aux syndicats, qui veulent voir toutes les poursuites judiciaires levées.

Le député socialiste de la Manche Bernard Cazeneuve s'est inquiété, ce mardi, de la présence envahissante des forces de l'ordre "comme s'il s'agissait d'imposer aux manifestants (...) un devoir de silence de leur opposition face au gouvernement".

Monsieur Darcos lui fait une réponse de bon proviseur:

"Chacun a le droit d'exprimer son sentiment sur l'école", "de ne pas vouloir écouter des vœux que le président de la République adresse aux personnels de l'Education nationale" et "de manifester dans la rue", mais "les cornes de brume, les crécelles, les tambourins, les pancartes, les drapeaux ne font pas beaucoup avancer la cause de l'école". (D'après NouvelObs.)

C'est effectivement une réponse bien vue qui fait avancer le débat.

On admettra que les cornes de brumes normandes
ont de quoi impressionner le sensible monsieur Darcos.

Je n'ai pas trop cherché à savoir quel avait été l'accueil réservé, ce mardi, par les nîmois aux Sarkozy's boys...

Mais je me réjouis fort d'apprendre que monsieur Sarkozy a profité de ses vœux au monde de la Culture pour se nommer coprésident, avec madame Albanel, d'un Conseil pour la Création Artistique.

Sic.

Imaginons le tableau: Nicolas Sarkozy présidant une conseil où il aura placé la cohorte, façon cour des miracles, de tous les prétendus artistes qui se prétendent ses amis...

C'est déjà du grand art !

6 commentaires:

pièce détachée a dit…

Dans le temps, Brigitte Fontaine chantait : «les CRS se massent comme des buissons de mûres».

Arts de la rue, arts des prés et des bois...

Quant au "Conseil pour la Création Artistique", «il est superflu de rendre compte aux artistes [...] de l'intérêt pris par le Führer à la vie et à l'efficacité du théâtre, de la musique et du cinéma. Ils le savent tous : [...] c'est de la société des vrais artistes que ne cesse de se réclamer le Führer. L'artiste [...] rend grâce au Führer de son grand et chaleureux intérêt. L'autorité du Führer et les artistes ne font à jamais plus qu'un dans le présent et l'avenir. [...] Il n'y a pas un seul artiste [...] qui ne réponde affirmativement, de sa plus profonde conviction, au dessein et à l'esprit du Führer en politique et en art.»

— Le quotidien Völkischer Beobachter, 16 août 1934.

Guy M. a dit…

Jolie référence!

Mais où vas-tu chercher tout ça ?

Marianne a dit…

Quel dommage d'avoir exclu Jean Marie Bigeard de cette suite prestigieuse d'artistes de tous bords qui accompagne notre président dans ses déplacements .
Le vœu pieux de Sarko d'ériger un musée de l'histoire de France pour renforcer l'identité nationale rendra enfin hommage , j'espère, à Vercingétorix , joli blond aux yeux bleus !

Guy M. a dit…

Grâce au travail de Sarkozy, on va bientôt pouvoir reparler tranquillement de nos ancêtres les gaulois. Et interdit de rire!

JR (abcdetc) a dit…

De Bigard à la gauloiserie, une belle boucle…
Et les esprits s'entrecroisent.
Bonne suite.

Guy M. a dit…

Si Brice se laissait pousser des moustaches à la José Bové, on pourrait le nommer chef de ce projet de Musée (sur le site de Gergovie, bien sûr!)