dimanche 4 janvier 2009

L'année du pélican



Tous les rimailleurs d'ici et d'ailleurs se réjouissent en ce début d'année 2009 de la richesse de cette finale en "euf", qui les amène, dans leurs dictionnaires de rimes, à des pages pleines à craquer.

Je ne dirai pas pleines comme un œuf. Je n'ai pas de ces facilités.

Ce qui ne vous empêche pas de m'envoyer des odes en hexasyllabes dont le premier vers serait:

ô Guy, l'an deux mil neuf...

On ne me l'a jamais fait.


Portrait en partie double du blogueur en pélican.

Pour toutes ces raisons, et des tas d'autres que je n'ai pas le temps de détailler davantage, j'ai décidé de commencer l'année sous le signe du pélican, dont deux poètes, parmi les plus grands, ont célébré l'œuf.

Souvenez-vous:

Le Pélican

Le Capitaine Jonathan,
Etant âgé de dix-huit ans
Capture un jour un pélican
Dans une île d'Extrême-orient,

Le pélican de Jonathan
Au matin, pond un œuf tout blanc
Et il en sort un pélican
Lui ressemblant étonnamment.

Et ce deuxième pélican
Pond, à son tour, un œuf tout blanc
D'où sort, inévitablement

Un autre, qui en fait autant.

Cela peut durer pendant très longtemps
Si l'on ne fait pas d'omelette avant.

Robert Desnos, 30 Chantefables, 1944.

Et encore:

Le pélican de Jonathan

Le capitaine Jonathan
revenant d'Extrème-Orient
prend avec lui son pélican
pour le montrer au docteur Lacan

"Voici, dit-il, un pélican.
Il pond, voilà, un œuf tout blanc
d'où sort un autre pélican
vous l'avouerez, très ressemblant."

"Bon, je mets ces deux pélicans
ici, l'un à côté de l'autre
je voudrais savoir maintenant
lequel des deux est le Grand Autre ?"

"Aucun, dit le docteur Lacan,
c'est Mille Francs."

Jacques Roubaud, Les animaux de tout le monde, 1983


Portrait du docteur Jacques Lacan
imitant le pélican.


PS:

Robert Desnos est toujours présent sur les rayons des libraires. Vous pourrez donc le lire sans modération malgré la crise.

Jacques Roubaud est lui aussi bien présent. Les éditions Nous viennent de faire paraître La Dissolution, qui est une prose en couleur, sixième et dernière branche de Le grand incendie de Londres.

Les amateurs de sourires littéraires pourront chercher son petit livre Ma vie avec le docteur Lacan, paru en 2004, aux éditions de l'Attente.

10 commentaires:

peterpane a dit…

Ô Guy, l'an deux mil neuf
De Rouen à Elbeuf,
...
Qui continue ?

JR (abcdetc) a dit…

te moque pas des facilités…
sourire de coïncidence du toucan au pélican
bon dimanche

Guy M. a dit…

@ Peterpane,
Tu as raison, chacun pourrait pondre un vers; ce qui donnerait un presque cadavre exquis (disons un agonisant exquis, ou un moribond exquis).

Au suivant!

Sur une rime féminine, œuf corse... bon, disons une rime en "-orse" (facile!)

@ JR,
Ben, ouala, tu pourrais prendre la suite avec les rimes en "-can", toucan et pélican. Tu as droit à deux vers...

@ tous,
C'est une affaire qui marche aussi bien qu'une mission diplomatique menée par Sarkozy...

JR (abcdetc) a dit…

Ô Guy, l'an deux mil neuf
De Rouen à Elbeuf,
séparant l'âne du boeuf
au lendemain des teufs
tu reviens vers Fécamp
muni d'un pélican
ignore les cancans
et soigne ton toucan

ça te plait ?

Guy M. a dit…

Pour moi, ça va.

Mais je crains que Peterpane, qui est une puriste, ne se plaigne du manque de présence féminine (dans les rimes)...

peterpane a dit…

Peterpane ne se plaint pas, et apprécie que quelqu'un ait accepté de continuer ce poème si modestement commencé.
Peterpane se souvient surtout d'une virée à Paris surréaliste, qui donna naissance à un cahier enterré dans ton jardin. Nostalgie du temps passé...
Bises à Régis, Patricia, Stéphan, et toi, Guy, évidemment.

Guy M. a dit…

"enterré dans (m)on jardin" doit être lu de manière métaphorique, sais-tu... Il suffirait que je le retrouve dans les sillons de ma bibliothèque...

Bises à toi.

(A ma connaissance, R., P. et S. ne passent pas souvent par ici, ou alors avec une discrétion qui m'étonne...)

Dorémi a dit…

Je suis admirative de ces vers, j'aurais été bien incapable d'en faire autant…
Chantefables et Chantefleurs est le premier recueil de poèmes que j'ai offert à ma fille…
Bises.

Guy M. a dit…

Très bon choix!

Connais-tu Les animaux de tout le monde et Les animaux de personne de Roubaud ?

Cochonfucius a dit…


Le Capitaine Piaf-Tonnerre,
Étant presque sexagénaire
Capture un jour un lézard vert
À la lisière du désert.

Le lézard vert de Piaf-Tonnerre
Pondit un oeuf dans l'aube claire ;
Il en sortit un lézard vert
Qui lui ressemblait comme un frère,

Et ce deuxième lézard vert
Pond, à son tour, un oeuf tout vert
D'où sort, sans aucun commentaire,

Un autre, au geste similaire.

Cela peut durer tout l'hiver
Ou même, autant que l'univers.