lundi 22 septembre 2008

Pour Hélène et Abdelkarim

Au nord, les nuages sont si hauts que le ciel est d'un gris presque bleu.

On se réveille ni plus ni moins guilleret que d'habitude.

On lit ceci:

La mobilisation n’aura malheureusement pas suffit cette fois-ci : Abdelkarim a été tiré de son lit très, très tôt ce matin (5h30), et est parti par le vol AF1984 ( !!) de 8h40 pour Tunis.
Je laisse Olivier vous relater la suite…

Deux choses sont sûres. La première, c’est que l’ignominie s’est encore élevée d’un cran ces derniers temps (le cas d’Abdelkarim n’est malheureusement pas unique, vous devez bien vous en douter). La deuxième : ON CONTINUE ! (*)

Alors on pense à ces deux gamins qui se réinventaient dans la nuit les "galaxies de l'amour instantané"...

Et l'on se sent soudain "comme un cheval fourbu".

Il y a ces mots, auxquels on se raccroche, à contre sens parfois, ces mots du vieux Ferré, qui savait si bien les balancer. Comme des pavés.

Mais on est vide. On se sent vieux et lourd...

On voudrait trouver des mots comme il les trouvait, le vieux Léo, non pas des mots qui geignent et qui pleurnichent, mais des mots qui serrent les poings, des mots qui hurlent la rage, des mots qui gueulent à la gueule des chiens.

A la gueule des chiens.

Car aujourd'hui, c'est sûr, on vit dans un monde de chiens.


**********************

Note:

(*) Commentaire de Dorémi (que je salue), à la suite du billet d'Olivier Bonnet sur l'expulsion imminente d'Abdelkarim.

Abdelkarim a été expulsé le 21 septembre au matin, alors qu'il aurait dû se marier avec Hélène le 20 septembre.

Voici un résumé de sa situation:

Abdelkarim est entré régulièrement en France le 11/08/2001 à l’âge de 15 ans pour rejoindre son père, et poursuivre sa scolarité, muni d’un visa.

Son père Saïd Ben Yahia BEL HADJ, né le 3/11/1951, est entré en France en février 1973 (il y a 35 ans !), Carte de Résident n° 750019405, valable jusqu'en 2016.
Il a à Paris de nombreux oncles et cousins avec carte de séjour ou français, qui ont parfois fait toute leur vie en France.
Son père avait formulé une demande de regroupement familial sur place en 2002 pour Abdelkarim mais cette demande a été refusée le 8/09/2003.
En 2004, dès sa majorité, Abdelkarim a fait une demande de titre étudiant auprès de la PP mais n’a pas eu de réponse.
Récemment, il s’est présenté à la PP (Cité) pour une nouvelle demande au titre de la vie privée et familiale, on lui a dit de prendre un RV au CRE de Truffaut où sa demande n’a pas été enregistrée car il lui manquait le refus de la demande de regroupement familial sur place et des actes de naissances récents . Il attendait d’avoir reçu les actes de naissance pour y retourner : il les a maintenant, mais quelques jours après, il était interpellé.

Comme en attestent toutes ces démarches, il a toujours eu pour volonté de régulariser sa situation.

Il y a 18 mois, il a rencontré une jeune femme française, Hélène, infirmière.
Depuis qu’elle a eu une mutation à l’hôpital de Monfort l’Amaury, en gériâtrie, ils vivent ensemble dans son logement de fonction.
Ils ont le projet de se marier, Abdelkarim en a fait la demande le 8 août 2008 au service de l’état civil de l’Hôtel de Ville de Montfort l’Amaury (qui en a gardé trace). On leur a remis le guide pratique du mariage et ils attendaient des extraits de naissance de Tunisie (arrivés depuis) pour constituer le dossier du mariage (annoncé à leurs amis le 20 septembre).

Son parcours scolaire est exemplaire, comme en témoignent plusieurs enseignants et personnels vie scolaire qui avaient gardé le contact avec lui, et qui le soutiennent activement.
Depuis son arrivée en France, il a été scolarisé :

- en 3è au collège César Franck (2°)

- 2 ans en BEP "comptabilité"au lycée professionnel Théophile Gautier (12°) – obtention du BEP

- en 1è et terminale pro en comptabilité au lycée François Truffaut, il a obtenu un certificat d’études secondaires pour pouvoir s’inscrire en BTS "DPECF" (comptabilité).

- 2006-2007 1è année de BTS en alternance effectué dans une agence immobilière qui est prête à l’employer en CDI une fois ses études terminées. Il a une promesse d’embauche de cette agence.

- 2007-2008 n’a pas pu finir la 2è année en raison de sa situation administrative (impossibilité de faire le stage demandé sans permis de séjour – il peut poursuivre son BTS s’il est régularisé.)

(Extrait de la pétition de RESF datée du 30/08/08)

On peut toujours signer la pétition en ligne: allez voir à cette adresse.

11 commentaires:

Flo Py a dit…

Pfff... Moi non plus, je ne suis pas Ferré, et je ne sais pas quoi dire. J'ai juste envie de vomir...

Bises et bonne soirée.

Guy M. a dit…

Désolé, Flo Py... c'était sûrement pas le jour...

Bon anniversaire, quand même...

Françoise a dit…

"On se sent vieux et lourd..." et si impuissant.

Guy M. a dit…

Oui, mais on n'oublie pas non plus le lumineux "ON CONTINUE !" de Dorémi...

abcdetc a dit…

…et l'on se dit qu'il est bien tard.
Eh, Monsieur Guy, le dernier… Pour quelle route ?

Guy M. a dit…

Là oui, il est trop tard, comme pour beaucoup, hélas!

Dorémi a dit…

Merci pour le relais, monsieur Guy.
Voir aussi ce communiqué, publié en page d'accueil du site du Resf : http://www.educationsansfrontieres.org/spip.php?article15434
Et la pétition pour Abdelkarim est toujours ouverte : http://www.educationsansfrontieres.org/?article15204
Je vous fais suivre des nouvelles dès qu'on en a. Pour l'instant on sait juste qu'il est "bien" arrivé.

Dorémi a dit…

Je dois aussi dire que "On continue" n'est pas de moi : c'est ce qu'on se dit à chaque fois, sur les listes du Resf parisien, pour se remonter le moral…

Guy M. a dit…

Dorémi,
Merci de bien vouloir faire suivre les nouvelles... elles seront relayées.
Quant au "On continue!", ben, oui, il m'a remonté le moral (alors merci à toi et à RESF...)

Lucide a dit…

Matin brun.

Guy M. a dit…

Matin chagrin...

Mais ça ne dure pas!