samedi 27 septembre 2008

Des ponts... pas des murs...

La France et l’immigration choisie (3’20) par Stephane Hessel, diplomate, ambassadeur et ancien résistant français. Né allemand, il obtient la nationalité française en 1937. Il participa notamment à la rédaction de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme de 1948.



Pendant que vous essayez de vous rassurer sur la crise financière en trouvant à votre banquier un air bien dégagé au dessus des oreilles, alors qu'il n'a qu'un air de banquier très banal, c'est à dire un peu faux cul du côté des rouflaquettes, les politiques d'immigration continuent à banaliser l'expulsion des humains et le saccage de leurs vies.

C'est pourquoi je copicolle ici cet appel déjà signé, au 26 septembre, par 272 organisations.

Accéder au site internet en cliquant sur l'image

Appel à la mobilisation

La France a fait du thème des migrations l’une des priorités de la présidence française de l’Union européenne du second semestre 2008.

Les 13 et 14 octobre, le conseil des ministres de l’Union européenne se réunit à Paris pour adopter un « pacte européen sur l’immigration et l’asile ». Par ailleurs, après une première réunion à Rabat en 2006, la deuxième conférence interministérielle euro-africaine en matière de migration et développement se déroulera à Paris les 20 et 21 octobre 2008.

La France entend proposer à ses homologues européens l’adoption d’accords de « gestion concertée des flux migratoires et de co-développement » comme modèle de négociation par lesquels d’une part, elle fait la promotion d’une immigration choisie, d’autre part, elle demande aux pays du Sud de réadmettre leurs ressortissants et ceux des pays tiers ayant transité sur leur territoire.

Préoccupés par le caractère essentiellement sécuritaire du traitement des flux migratoires, entraînant des milliers de morts, et par les choix économiques mis en oeuvre qui maintiennent le continent africain en marge du développement, les organisations signataires font appel à la mobilisation pour faire entendre la voix des sociétés civiles européennes et africaines.

Il est grand temps que la question des migrations et du développement soit réellement pensée sous l’angle des intérêts mutuels : ceux des pays d’origine, des pays de transit, des pays d’accueil et surtout, ceux des migrants eux-mêmes.

Nous voulons une autre Europe que celle qui se transforme en forteresse et met en oeuvre des moyens démesurés pour empêcher l’accès à son territoire et expulser les sans-papiers. Nous refusons la systématisation des centres de détention et de l’éloignement forcé.

Dans la continuité de la première conférence non gouvernementale euro-africaine « migration, liberté de circulation et droits fondamentaux »,

Les 17 et 18 octobre nous appelons à une mobilisation de grande ampleur à Paris, pour une autre conception de l’immigration et un autre rapport entre l’Union européenne, l’Afrique et le reste du monde. Nous tiendrons la deuxième conférence non gouvernementale euro-africaine, une grande manifestation pour une autre politique européenne et un concert géant.

Cliquez sur l'image pour accéder au programme du 17 octobre

Pour vous inscrire à la journée du vendredi 17, vous pouvez utiliser ce lien .

Vous n'avez pas besoin de mes conseils pour obtenir votre journée auprès de votre patron...

Quant au samedi 18, il n'est pas nécessaire de s'inscrire, mais il est indispensable d'y être.

Samedi 18 octobre à Paris :

Marche festive autour du slogan « Des ponts, pas des murs » : départ Place de la Bastille à 13h30

et grand concert gratuit en présence de nombreux artistes : Place de la République, de 16h à 22h

La programmation du concert sera dévoilée fin septembre.


D'autres informations (à lire, à écouter* ou à télécharger), sur lesquels je reviendrai sûrement, sont sur le site de la conférence (lequel site est cours d'évolution, alors soyez patient(e)s et futé(e)s...)

* comme l'intervention de S. Hessel, placée en exergue de ce billet.

9 commentaires:

Dorémi a dit…

Stéphane Hessel était "chez" Zoé Varier les 12 et 19 septembre derniers. Je n'ai pas encore eu le temps d'écouter ces émissions (et mon abonnement podcast a zappé celle du 19 – grrrr), mais en se rendant là :

http://www.radiofrance.fr/franceinter/em/nousautres/archives.php

on peut encore les écouter à la carte.

Guy M. a dit…

Merci pour le lien...
Je n'ai pas encore eu le temps de tout écouter, mais je vais le faire.

Dorémi a dit…

Et si vous voulez m'en croire, monsieur Guy, toutes les émissions de Zoé Varier méritent d'être écoutées :-)

Guy M. a dit…

Je n'en doute pas, ma'â'ame Do, je n'en doute pas. (Mais c'est une heure où je n'écoute guère la radio...)

myrage a dit…

Ton banquier a des rouflaquettes?
Il est syndiqué à la CNT?
Il organise des concerts de contre-culture?

T'en as de la chance! Moi c'est une blonde à queue de cheval, c'est à peine si elle sait comment commander des traveller chèques.

Guy M. a dit…

Tu connais vraiment des banquiers (ou au moins un...) syndiqués à la CNT ?

myrage a dit…

Ben, non, mais justement, des banquiers à rouflaquettes, ça m'étonne.
Comment tu définis "rouflaquette"?

Guy M. a dit…

Soyons précis:

"Rouflaquettes est le synonyme familier de favoris, cependant il est apparenté plus volontiers à une culture alternative et rock'n'roll."

et

"Les favoris furent populaires chez les aristocrates masculins à la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, donnant une image de patriarche moins rude que la barbe."

On peut donc imaginer un banquier qui se la joue patriarche et un peu archaïque, se présenter avec des favoris (ou rouflaquettes).

Dorémi a dit…

Té monsieur Guy, pour écouter Zoé Varier à toute heure du jour et de la nuit, abonnez-vous à la baladodiffusion, vous ne l'regretterez pas, j'vous assure :-)