jeudi 10 septembre 2009

Taxe au carbone 17

Sonné !

Complètement sonné !

Autoportrait du blogueur soi-même
en cloche sonnante et trébuchante.
(Photo empruntée au site sur le carillon ambulant de Douai.)


Ce qui m'espatouffle à ce point c'est que je viens d'apprendre que nous avions franchi un pas historique, et que nous étions entrés dans un nouveau monde: le monde de la fiscalité verte, qui est "un monde différent de celui d'avant la crise, un monde plus soutenable, plus respectueux de l'environnement, un monde plus juste." (Monsieur Nicolas Sarkozy, penseur contemporain, cité par LeMonde.fr, quotidien contemporain en ligne.)

Tout ça pour 17 euros la tonne de CO2, on aurait eu tort de s'en priver.

Bien sûr, on nous dit que cela va augmenter; mais tout augmente, tout augmente.

Faut bien, c'est ça, la croissance, non ?

Monsieur Sarkozy a bien précisé que 17 euros c'était le "prix du marché", et cela me rassure beaucoup. Car le prix du marché, c'est une base irréfutable.

Certes, monsieur Fillon avait parlé de 14 euros, mais ce n'était qu'une plaisanterie assez vaseuse: carbone + 14, ça donne "carbone 14". C'est une plaisanterie qui ne fera peut-être pas date, mais elle partait d'une bonne intention, de la part d'un homme aussi sérieux que monsieur Fillon. Et c'est plus supportable que les blagues de monsieur Hortefeux*.

Plus étonnant est l'écart constaté avec la proposition de la commission présidée par monsieur Michel Rocard, qui, comme chacun sait, déjeune avec le marché au moins une fois par semaine. Malgré l'élocution un peu confuse de monsieur Rocard, tout le monde avait entendu: 32 euros la tonne. Un lapsus, peut-être...

Mais voilà, la démocratie, c'est ça: tu causes, tu causes et le grand élu décide, en accord avec le marché.

Les positions des politiques sur la contribution climat-énergie.
A consulter sur le site du Monde.


A part l'indécrottable Claude Allègre ("Chaud, moi ? Jamais, je suis en hypothermie cérébrale depuis ma naissance"), presque tout le monde s'accorde sur la réalité de la catastrophe climatique commencée depuis un bon moment, et une majorité est prête à s'aligner derrière le slogan "ça peut pas durer, y faut faire kékchose !"

C'est pourquoi l'on ne se pose plus tellement la question de savoir quelle est la finalité de cette taxe carbone ou contribution climat-énergie, qui justement doit faire kékchose...

L'objectif principal est

1 - de nous faire prendre conscience, en nous taxant, de notre abusive consommation d'énergie fossile et de notre excessive production de dioxyde, voire même monoxyde, de carbone,

2 - de nous obliger à modifier nos modes de consommer, donc, cela va sans dire en notre société avancée, nos modes de vie.

On est ébahi de la subtilité de cette usine à gaz pédagogique et admiratif devant la profondeur de pensée stratégique et la puissance visionnaire des concepteurs de ce dispositif.

Non ?

Encore une fois, je suis espatoufflé.

Et je voudrais rendre un hommage discrètement appuyé au chaud partisan de cette contribution incitant à la sagesse énergétique qu'est monsieur Jean-Marc Jancovici, créateur du "bilan carbone" et animateur-clé du comité scientifique de la Fondation Nicolas Hulot.

Je vous invite à visiter son site Manicore, où je me suis délecté à lire deux textes sur l'énergie nucléaire:

"Lettre ouverte aux journalistes qui vont évoquer Tchernobyl, et surtout à ceux qui les écoutent, les lisent ou les regardent", où s'exprime une certaine condescendance envers les journalistes et ceux qui les écoutent, les lisent ou les regardent.

et

"À propos de quelques objections fréquentes sur le nucléaire civil", où l'on peut lire, à propos de déchets produits par le nucléaire:

Pour finir, posons nous une question simple : à choisir, ne vaut-il pas mieux échanger un problème qui dure sur 1.000 ans, mais que nous sommes capables de transmettre à nos héritiers immédiats dans des conditions acceptables, contre un morceau d'un problème majeur qu'est le changement climatique, dont les effets catastrophiques peuvent survenir en moins d'un siècle, peuvent subsister pendant des milliers d'années (ou même plus), et que nous ne savons pas, aujourd'hui, transmettre dans des conditions acceptables à nos enfants ?

C'est ça, avoir de l'imagination pour l'avenir...


* On remarquera que monsieur Hortefeux va encore chercher, comme pour sa sortie hasardeuse devant madame Fadela Amama, une histoire de plaisanterie à propos des Auvergnats... Je ne savais pas que c'était si marrant que cela d'être de Clermont-Ferrand.

4 commentaires:

JBB a dit…

"carbone + 14, ça donne "carbone 14". C'est une plaisanterie qui ne fera peut-être pas date"

Joli :-)

Le monde change donc, c'est réjouissant. Pour un peu, ça me redonnerait espoir : un max de nucléaire, une taxe fumeuse pour feindre d'agir, un brin de baratin sarkozyste supplémentaire, et hop, on est sauvé. C'est magnifique, l'écologie de droite…

Guy M. a dit…

C'est magnifique, oui, et ça prouve bien qu'on a eu raison de ne pas se révolter.

Mais qu'est-ce que je raconte ?

.....

vincent a dit…

Amusant votre blog,et le ton est frais,salutaire,c'est le plus impottant.

Guy M. a dit…

Merci... et bonjour (ou peut-être déjà bonsoir) à Moscou.