jeudi 26 juin 2008

Un peu de ménage dans l'escalier



Ce matin, en regardant ce qui se disait, s'analysait, voire se décryptait, dans la presse en ligne, à propos des grandes manœuvres du pouvoir autour des médias, publics ou privés, j'ai subitement pris la conscience aiguë de vivre au milieu de gens qui non seulement croient devoir prendre monsieur Sarkozy et son entourage au sérieux, mais encore se sentent tenus de leur accorder un minimum de bonne foi et de sens du bien commun.

Il faut certes prendre cette fine équipe de gouvernants au sérieux: un célèbre "petit peintre viennois"* a bien montré, avec sa bande, qu'on pouvait être à la fois un guignol ET un dangereux personnage. Mais de là à accorder la moindre confiance en leur bonne volonté, ce qui revient à se placer sur leur terrain, il y a un grand pas. Allègrement franchi par tous ou presque… car nous sommes en démocratie, et que, en démocratie le respect des "intentions" de l'adversaire, ce sont des choses qui se font…

Alors, je suis parti me promener et au retour, j'ai fait le ménage… c'est dire si je me sentais seul !

En général, le bruit de l'aspirateur me donne des idées.

Pas aujourd'hui.

Alors j'ai décidé de faire des aménagements dans mon escalier.

D'abord, je me suis interrogé sur l'opportunité de placer en tête de gondole, à la place du nu descendant l'escalier, cette photo:



La photo a été embellie par les soins attentifs de Flo Py.
Autrement dit: ce qui est bien, c'est elle, le reste , c'est moi.


C'est la photo d'une échoppe de bouquiniste à Rouen, où j'ai un jour trouvé, en bon état (excellent même) et à un prix abordable, les Cent mille milliards de poèmes de Raymond Queneau; alors, forcément, ça crée des liens… La boutique, petite et délicieusement encombrée de bouquins, est située au bas de la rue Cauchoise, près de la place du Vieux Marché, où de nombreux cafés bien exposés accueillent mes méditations sur la combustibilité des pucelles depuis une bonne quarantaine d'années; alors, forcément, ça crée aussi des liens...

A propos de liens, puisque j'y pensais, j'ai actualisé les liens de mes voisins de palier.

Contrairement à ce que certains craignaient, je n'ai supprimé personne, même ce mystère entomologique que constitue Le Charançon Libéré, qui est muet depuis très longtemps...

J'ai ajouté La France de Toutenbas, de Thierry Pelletier, qui est un blog du genre irrégulomadaire, mais qui vaut le détour, par les thèmes choisis, le sens de l'observation et le style véritable, un vrai style d'écrivain qui se pose un peu là.

J'ai corrigé l'adresse de Plume de Presse, d'Olivier Bonnet**, qui s'offre une version Beta v.2.0, ce qui m'impressionne beaucoup, parce que je ne sais pas ce que cela veut dire… Ce que je peux dire, c'est le blog d'Olivier Bonnet est le blog de qualité supérieure, avec des articles qui sont le résultat d'un véritable travail journalistique, de rédaction claire et percutante, accompagnés d'un fil de discussion bien maîtrisé.

Dans les ex-chambres de bonnes, qui sont restructurées, dans tous les bons immeubles bien habités, en studettes pour étudiant(e)s, je compte installer, au fil des rencontres, quelques jeunes dont les idées et les actes me disent quelque chose…

Prochainement, je m'attaquerai à la liste des fournisseurs habilités à faire des livraisons…




* "avec du beurre ou de la confiture" comme on disait, si je me souviens bien, dans un feuilleton de "Marche ou rêve", émission de Claude Villers, sur France Inter.

**Pour les parisiens (les rouennais prendront le train), je signale la présence d'Olivier Bonnet à la librairie Résistances, 4 Villa Compoint 75017 Paris, le mercredi 2 juillet, à 19h 30, pour présenter son livre: "Nicolas Sarkozy: La grande manipulation" (Editions : Les points sur les i).

1 commentaire:

myrage a dit…

toc-toc!

(je teste... l'hébergeur et l'hébergé... les voisins et visiteurs, éventuellement!)
;)