jeudi 30 avril 2009

Vivre et mourir comme des porcs

La sagesse des nations nous apprend qu'en chaque homme, il y a un cochon qui sommeille, et qu'il ne faut pas réveiller le cochon qui dort. Dans sa très grande sagesse, elle ne nous enseigne pas ce qui somnole en chaque femme.

C'est dommage, cela nous ferait gagner du temps dans l'éprouvante quête que nous menons, nous, pôvres hommes, des mystères de Lafâme.

Ceci étant, homme ou femme, il semble bien que nous soyons sensibles à un petit virus de rien du tout dérivé du virus de grippe porcine.

Un air porcin, certes, mais surtout pas français...

Cette probable pandémie est un souci supplémentaire dont se seraient bien passés nos dirigeants éclairés qui ont déjà une crise mondiale à gérer, tant mal que bien, pour leur plus grande gloire...

Monsieur Nicolas Sarkozy, qui aime bien prendre le taureau par les cornes, a réuni à l'Elysée, hier, après le conseil des ministres, mesdames Michèle Alliot-Marie (Intérieur), Roselyne Bachelot (Santé) et monsieur Eric Woerth (Budget), pour faire le point sur ce sujet préoccupant, en compagnie de monsieur le Professeur Didier Houssin, directeur général de la Santé, et de madame la Docteure Françoise Weber, directrice générale de l'Institut national de veille sanitaire (InVS). Etaient également prévus messieurs les secrétaires d'Etat Bruno Le Maire (Affaires européennes), Luc Chatel (Consommation) et Dominique Bussereau (Transports).

Tout cela pour dire que l'on prend les choses au sérieux.

Au sortir de la réunion, un communiqué officiel a annoncé les deux cas "très fortement suspects en France". Françoise Weber, directrice de l’Institut de veille sanitaire (InVS), a annoncé que 32 cas suspects de grippe porcine étaient "en cours d’investigation" en France. Aucun des deux cas probables d’infection par le virus H1N1 d’origine porcine signalés mardi soir n’a pour l’heure été confirmé.

J'ai bien sûr obtenu quelques indiscrétions sur le déroulement de cette réunion, par mes sources, qui ne boivent pas que de l'eau claire et qui sont à peu près aussi crédibles que monsieur Eric Besson.

Lequel ne fut pas invité: la solution de reconduite des virus mexicains à la frontière n'a pas été retenue par le président.

Après avoir fait servir une fortifiante aux propriétés antivirales reconnues, dont la recette lui a été secrètement transmise par un rebouteux de Camargue, monsieur S.* a ouvert la réunion en séparant mesdames B. et A.-M. qui se chamaillaient à propos du port du masque de protection.

Pour détendre l'atmosphère madame B. rapporta la déclaration de madame B. (attention, c'est une autre, faut suivre!) selon laquelle faire l'amour avec un masque, ça n'était pas très rigolo. Monsieur S. demanda de prévoir un démenti et des excuses au cas où le Canard l'apprendrait.

Madame A.-M. en profita pour attaquer très vigoureusement le port du masque, mettant en évidence l'embarras des forces de l'ordre lors des cortèges du premier mai, si une majorité de manifestants défilaient ainsi protégés.
Monsieur S. proposa d'interdire, par mesure de sécurité, tout rassemblement de plus de trois personnes. Madame A.-M. y voyait beaucoup d'avantages, mais trouvait que la mesure, un peu hâtive, pourrait être jugée disproportionnée, et elle y renonça.

Document exclusif et insoutenable:
ce qui reste d'une manifestation mexicaine.


Elle toucha du bois, croisa les doigts, et monsieur S. consulta sa Rolex: l'heure de ses carottes râpées approchait.

Mes sources** quittèrent la salle de réunion pour aller chercher un nouvelle théière de tisane miraculeuse.

A leur retour, madame A.-M. rendit compte de sa discrète démarche pour obtenir un supplément d'enquête auprès des autorités mexicaine, en vue de faire toute la lumière sur la présence de Julien Coupat et de sa compagne à proximité de la frontière étasunienne. Monsieur S. suggéra de faire glisser le tuyau à monsieur Gattégno.

On congédia alors mes sources qui, de toute façon, trouvaient que la réunion commençait à tourner en eau de boudin.

Je suis très loin de partager cette opinion. Ces quelques éléments montrent bien que l'on examine avec soin et compétence chaque possibilité offerte par la situation, et que l'on peut être rassuré: on veille sur la France.

Cochon qui s'en dédit !


* On comprendra que, pour protéger mes sources, je suis tenu de garder une certaine discrétion.

** Je parle de "mes sources" au pluriel, mais elles sont assez singulières, pour ne pas dire plus...

5 commentaires:

Lucide a dit…

http://blogduchi.canalblog.com/

Rire un peu.

Marianne a dit…

En résumé pour le 01 mai on peut mettre un masque mais surtout pas de cagoule ? Il serait peut être judicieux que vos sources rince mieux la théière .

Guy M. a dit…

@ Lucide,

Merci pour le lien.

@ Marianne,

Rassurez-vous, mes sources s'abreuvent directement à la bouteille.

myrage a dit…

Vendredi, à Port Royal, il y avait 2 gus qui mettaient les manifestants en garde contre la "grippe sarkozyne"... Beaucoup de Haine, combien de Hasch? Haches?
;)
Voir l'alboum-photo sur mon blog... (j'essaie tant bien que mal d'y rameuter du monde.. ;) )

Guy M. a dit…

Je vais aller voir.