jeudi 16 avril 2009

On va vous regretter


Hier, en conseil des ministres, monsieur Sarkozy, nous dit-on, a adressé des remontrances aux dissipé(e)s du bataillon qui avaient cru bon de "candidater", comme on dit dans certains milieux, aux postes qu'ils supposaient devenir vacants... Il paraît que le président était très calme, qu'il a bien articulé, n'a pas trop écorché la syntaxe et n'a menacé personne de lui faire une grosse tête.

On m'a laissé entendre que le président s'était préparé à aller rencontrer les pêcheurs de Boulogne, ce qu'il affectionne particulièrement, comme tout amateur de poisson frais, et qu'il s'était mis en condition au préalable. Cette rencontre ayant été annulée, ce sont les turbulents ministres qui ont bénéficié de sa sérénité.

On remarquera qu'il n'a pas été trop méchant, juste un peu agacé, mais glacial et cassant.

En baissant la tête sur leurs dossiers ou en dévissant compulsivement leurs stylos, les ministres ont promis de rester bien concentrés et de travailler.

Le premier qui l'ouvre à nouveau servira d'exemple,
il aura l'outre-mer.


Je suis un peu triste en pensant que certaines figures assez ingrates, mais auxquelles j'avais fini par m'habituer, risquent de changer de poste, ou de disparaître complètement.

Ce ne serait que justice pour madame Pécresse et monsieur Darcos, par exemple.

Mais le sort de madame Albanel, qui vient de subir un échec retentissant sur la loi Hadopi qu'elle défendait si courageusement, m'inquiète beaucoup.

Bien sûr, l'ancienne plume de Jacques Chirac a déclaré, en parlant de monsieur Sarkozy:

"Mais je sais combien il tient à ce texte. Je pense qu'il doit être très triste".

Ce n'est bien sûr qu'une façon de parler...

Je n'arrive pas à imaginer monsieur Sarkozy seulement triste. C'est un être complexe.


Le remplacement de madame Albanel par monsieur Maurice Druon étant désormais exclu, je vous laisse les paris ouverts, en avouant un faible pour monsieur Frédéric Lefebvre qui seul pourrait nous faire oublier la faconde aisée, l'art oratoire et le talent pédagogique de madame Albanel.

Des amis bien intentionnés, malgré leur mauvais esprit chronique, m'ont fait parvenir un lien qui m'a dirigé vers une magnifique exemple de ces trois qualités.




Framablog, qui propose cet extrait des débats parlementaires sur la loi Hadopi, en donne une transcription qu'il me semble indispensable de joindre à l'usage des mal entendants, qui pourraient avoir un peu de mal à suivre:

« Sur les logiciels… sur l’affaire des logiciels libres, évidemment les logiciels libres, quand on achète, évidemment des logiciels, par exemple le pack Microsoft: Word, Excel, Powerpoint, il y a évidemment des pare-feux, je viens de le dire, il y a des logiciels de sécurisation. Mais sur les logiciels libres vous pouvez également avoir des pare-feux, qui d’ailleurs, mais évidemment. Par exemple, nous au ministère, nous avons un logiciel libre, qui s’appelle Open Office et il y a effectivement un logiciel de sécurisation qui empêche en effet le ministère à la Culture d’avoir accès, bien sûr, et les éditeurs de logiciels libres fournissent des pare-feux, et fournissent même des pare-feux gratuits. Donc cet argument est sans fondement. Voilà ce que je voulais dire. »

Comment pourrait-on ne pas regretter madame Albanel ?

10 commentaires:

JBB a dit…

Ce passage tient de la haute voltige dialectique, entre j'y-connais-rien-et-je-le-montre et j'y-connais-rien-et-j'essaie-de-faire-semblant. Merci pour ce grand moment, je me le suis visionné trois fois de suite. Et je crois même que je vais y retourner, tellement c'est bon.

Guy M. a dit…

Attention aux abus, il y a un risque de mimétisme, et alors que deviendraient tes superbes chroniques sur FPP ?

Dominique a dit…

Moi, j'ai acheté une voiture de marque Lada sans options et j'ai ensuite pensé à m'équiper d'un autoradio ainsi que d'un allume-cigare, mais figurez-vous qu'il est aussi possible de protéger l'autoradio et l'allume-cigare à l'aide d'un air-bag et d'un antivol, parce que ce n'est pas parce que ce sont des autoradios et des allume-cigare libres qu'ils interdisent l'utilisation d'un air-bag et d'un antivol. Voyez comment je m'y connais en matière de conduite automobile sur piste glissante et comment je connais le code de la route à partir de cet exemple...

myrage a dit…

Oui, c'est magnifique. On devrait peut-etre lui réserver une place aux Césars... Meilleur espoir (féminin, ben oui, c'est une femme, la pauvre...). Il lui en faut, là...

(je crois que je vais me le re-regarder aussi)

myrage a dit…

A votre avis, elle parle le "Yoda" ? ... "qui empêche en effet le ministère à la Culture d'avoir accès"...
Donc tout ça, c'est la faute d'OpenOffice et de ses parefeux, fini la Culture, appu!

Guy M. a dit…

@ Dominique,

C'est un décryptage re-mar-qua-ble. Tout ça devait être écrit sur cette feuille qu'elle a l'air d'avoir beaucoup de difficultés à relire...

@ myrage,

Pourquoi la pauvre ?

Marianne a dit…

"Voilà ce que je voulais dire " On ne peut pas être plus claire . » En définitive c'est peut être à cause de son intervention que la loi HADOPI a été rejetée ! elle est agrégée de lettres modernes .

Guy M. a dit…

On sent bien qu'elle est très moderne, mais peut-être en train de se désagréger...

(Pardon, c'est un peu classique et facile, mais c'est toujours tentant.)

JBB a dit…

"que deviendraient tes superbes chroniques sur FPP ?"

Entre la phrase trop gentille et l'ironie, j'opte pour la seconde solution. Je préfère, en fait :-)

Guy M. a dit…

Ironique, moi, jamais!

(je ne sais même pas ce que cela veut dire)