lundi 12 avril 2010

L'honneur des anciens

Dans bien des sociétés, qui ne sont pas tout à fait comme la nôtre, il recevrait les honneurs réservés aux anciens de grande sagesse.

Chez nous, il faut se contenter de le voir incarner l'honneur de sa génération, qui est celle de la Résistance, et se réjouir de le voir présent aux côtés de ceux qui incarnent l'honneur qui nous reste: celui de pouvoir rester debout.

Le 2 avril, Stéphane Hessel était à la salle des fêtes de Cruas, en Ardèche, pour y participer à un débat libre sur le thème "Droit des hommes, droit des peuples".

olivier000007 a eu la bonne idée d'enregistrer les interventions de Stéphane Hessel, et d'en tirer trois vidéos, postées sur You Tube, et comme rien ne lui échappe, Schlomo les a signalées dans sa Feuille de Chou.

Et les voici:









Il y a de quoi tomber en adoration devant cet "A une Madone", inspiré par une dévotion bien peu orthodoxe, que Charles Baudelaire avait sous-titré "ex-voto dans le goût espagnol".

7 commentaires:

JBB a dit…

Ce mec est tellement classe qu'il parvient à me faire oublier qu'il figurait sur les listes d'Europe Ecologie pour les régionales. Et c'est pas un mince exploit…

Marianne a dit…

voeux pieux , belle utopie ! a quand la réalité des droits de l'homme sur toute la planète ?

Guy M. a dit…

@ JBB,

Tu ne serais pas un peu tatillon sur cette histoire de liste ?

@ Marianne,

Utopie ? non. Mais un ensemble de vérités à affirmer et réaffirmer sans cesse.

JBB a dit…

"un peu tatillon" ?

Si, des fois, je peut être un brin chiant... :-)

Guy M. a dit…

J'allais le dire...

pièce détachée a dit…

«Tomber en adoration», écris-tu...

Il y a, sur un chapiteau de la crypte de l'Abbatiale de Cruas (dédiée à la Madonne), une représentation humaine, une seule, et c'est un drôle de paroissien. J'ai choisi son visage pour me représenter sur Internet.Son propre émerveillement le dépasse, tandis qu'il écoute Stéphane Hessel.

Guy M. a dit…

C'est un bien sympathique paroissien, et je compte bien lui rendre visite un jour...

"Son propre émerveillement le dépasse"... C'est tout à fait ça.