mercredi 4 novembre 2009

Des fleurs académiques pour Claude Lévi-Strauss

Bientôt les fleurs qui s'accumulent sur la tombe de Claude Lévi-Strauss se ramasseront à la pelle.

J'aimerais tout de même que l'on n'oublie pas le très délicat hommage que lui a rendu sa consœur de l'Académie Française, madame Hélène Carrère d'Encausse, secrétaire perpétuelle de ladite Académie:

"Il est resté Claude Lévi-Strauss jusqu'au bout, malgré ses 100 ans."

C'est bien beau, hein, maâame Bignole de garder sa tête jusqu'au bout...

Que madame Carrère d'Encausse se rassure: même devenue, si Dieu le veut, complètement gâteuse, elle restera madame Carrère d'Encausse.

Une immortelle parmi les immortel(le)s.

On a, par ailleurs, assisté à une belle floraison: "un des monuments de la pensée française du 20e siècle", "une sorte d'icône internationale", "une des plus grandes figures intellectuelles de notre temps", "un [des] intellectuels [français]les plus remarquables et les plus reconnus dans le monde", "l'un des plus grands esprits de notre temps", "l’un des derniers géants de l’épopée structuraliste", "une figure majeure de la pensée contemporaine, une éminente conscience morale mais aussi un pédagogue incomparable".

(Chacun reconnaîtra son chrysanthème.)

Soumis à une rude concurrence, la plume mercenaire présidentielle spécialisée dans les hommages post-mortem, a dû se surpasser...

Pas question pour lui, ou pour elle, de se livrer à un copicollage sournois en utilisant le communiqué de l'Elysée pour la mort de Jean-Claude Brialy ou celle de Sœur Emmanuelle, un journaliste vicelard et revanchard serait capable de déclencher un "lynchage médiatique".

Il y a certainement bien d'autres contraintes dans ce travail, et je ne saurais vous dire si elles ont été suivies.

Si le résumé de la carrière de Claude Lévi-Strauss peut sembler un peu léger, on admirera l'allusion à des préoccupations gouvernementale très actuelles:

Récemment il se déclarait très inquiet de la disparition de nombreuses espèces vivantes, végétales et animales, et s’interrogeait sur l’évolution du monde et l’impact des activités de l’homme sur la planète.

Puisqu'il serait assez peu crédible de suggérer que le président est un grand connaisseur de l'œuvre de Lévi-Strauss, le communiqué rappelle très habilement la visite que monsieur Nicolas Sarkozy lui fit à l'occasion de son centième anniversaire:

Comme il l’avait déclaré au Président de la République qui lui avait rendu visite en novembre 2008 pour son centième anniversaire, l’étude comparée des sociétés humaines permettait de voir simultanément différents stades historiques de leur évolution.

(Il me semble que ce résumé de la démarche et de la pensée de Lévi-Strauss revèle de la caricature...)

Cette entrevue de 2008 n'a pas fait l'objet, à ma connaissance, d'un enregistrement. Madame Carrère d'Encausse, qui était présente, a peut-être pris des notes, qu'elle rendra un jour publiques, si Dieu le veut.

En attendant, il nous faut faire confiance en la relation qu'en donne JBB, alias le Charançon Libéré, dans Article XI, qui immortalise cette rencontre au sommet.

Vous cliquez sur l'image, et vous arrivez sur
Sarkozy et Levi-Strauss :
quand deux monuments intellectuels taillent le bout de gras…

Quand on pense que Claude Lévi-Strauss a survécu presque un an au choc que dut être pour lui sa rencontre avec le Président, on est bien obligé d'admettre que c'était un vrai dur à cuire...

3 commentaires:

JBB a dit…

Daintre, je voisine avec Carrère d'Encausse en ce billet. Tu veux me flatter, là… :-)

(Je ne me souvenais même plus avoir écrit ce billet. Mais définitivement : ma mémoire, c'est du vide absolu. Merci pour le rappel autant que la jolie bannière)

pièce détachée a dit…

JBB ayant oublié avoir écrit le billet cité, j'ai logiquement oublié que j'y avais laissé un commentaire du plus bel effet à propos de Carrère-d'Encausse.

Cette dame, se démarquant résolument des coiffures afro-polygames, réussit le croisement génétique de deux fleurs de cimetière : l'immortelle à tête de chrysanthème. On devrait la mettre en pot devant la tombe de Levi-Strauss.

Guy M. a dit…

@ JBB,

C'est elle qui doit être flattée...

(Il était très bien ce billet, il faut le garder pour l'anthologie - à paraître)

@ Pièce détachée,

Croisement, et non métissage, en effet.