mercredi 5 novembre 2008

Triomphe démocratique



Mes plus fidèles lecteurs/trices le savaient déjà, car je vous l'avais bien dit (très précisément dans ce billet), monsieur McCain n'avait aucune chance d'être élu: dans un éditorial retentissant d'inanité sonore, Philippe Val avait pris le parti du sénateur Obama. Quand on connait l'influence outre-atlantique de Philippe Val, notre penseur contemporain, on en tire les conclusions qui s'imposent.

Ce que j'ai fait.

J'ai donc le triomphe modeste.

Ce ne sera pas le cas de tout le monde, bien sûr.

Cependant, il faut préciser qu'est totalement infondée la rumeur selon laquelle on aurait vu, tôt ce matin, monsieur Bernard-Henri Lévy danser nu sur le parvis de Saint-Germain-des-Prés en compagnie de nymphettes vêtues de leurs seuls piercings ombilicaux. Monsieur Bernard-Henry Lévy ne tolère que des joies intérieures, qui nourrissent son oeuvre. Et il doit être en train d'essayer de trouver mieux que ce qu'il déjà a dit dans son Bloc-Note de LePoint.fr: "J'avais dit «Clinton» - c'était «Kennedy»." (Merci au Charançon pour avoir signalé cette belle chose.)

Reconnaissons que l'émotion est à son comble.

Bernard Guetta, ce matin, a bien failli fondre en larme au moment où l'indépendance faite journaliste, Nicolas Demorand, lui a donné la parole sur France-Inter. Il a commencé sa célèbre chronique géopolitique en sortant résolument de son domaine: "on a marché sur la lune", a-t-il dit, ou quelque chose comme ça. Faudrait peut-être qu'il arrête de prendre des trucs avant l'émission. On verra demain dans quel état on le retrouvera.

Une charmante coutume:
Candidats à la présidence étasunienne exposés après avoir été battus



Nous avions de quoi nous réjouir du fonctionnement de notre petite démocratie française: nous avons élu à la présidence un fils d'immigré hongrois, mais, que je sache, c'est un blanc...

Les étasuniens donnent au monde une belle leçon de démocratie universelle: ils élisent carrément un président noir. Banco, rien à dire...

Et tout cela, sans recomptage des voix.

A ce propos, je trouve que monsieur McCain aurait dû faire un peu plus attention avant de s'incliner si élégamment malgré ses rhumatismes.

Une dépêche de l'AFP nous apprend que le vote de la grand-mère maternelle de monsieur Obama va être pris en compte. Or madame Madelyn Dunham est décédée avant l'ouverture des bureaux de vote.

C'est tout de même étrange, non ?

Je croyais que faire voter les occupants des cimetières était une spécialité corse...

Monsieur McCain devrait se poser la question du nombre de grands-mères que monsieur Obama a pu faire ainsi voter par internet...

8 commentaires:

Le Charançon Libéré a dit…

"monsieur McCain n'avait aucune chance d'être élu: dans un éditorial retentissant d'inanité sonore, Philippe Val avait pris le parti du sénateur Obama. Quand on connait l'influence outre-atlantique de Philippe Val, notre penseur contemporain, on en tire les conclusions qui s'imposent."

Rhhhhôôôôô… Un billet qui démarre ainsi ne peut être qu'un bon billet. :-)

(Surtout si en plus, y a un vrai morceau de BHL dedans…)

Guy M. a dit…

Je te dois d'avoir trouvé ce remarquable pastiche de BHL par lui-même...

myrage a dit…

c'est vrai cette histoire de grand-mère? Y'en a un qui va m'entendre!! (non, pas Obama, un de ses admirateurs...)

C'est sympa de t'inquiéter pour la santé de Mc Cain... Pourquoi, il s'est cassé la gueule?

Au fait, un président noir, oui, mais y'a un hic. (qui n'en est pas vraiment un, mais n'oublions pas...).. Il n'est pas Afroaméricain!!
Et puis lire comme dans Libé "La lutte des Noirs couronnée", ça fait un peu mal au cul...
Bon.
Bon bon.

A part ça?

myrage a dit…

Je précise que je trouve ça plutôt cool qu'ils aient élu le fils d'un Africain.

abcdetc a dit…

Certaines rumeurs devraient bientôt courir pour nous apprendre que la grand-mère était morte depuis belle lurette, mais que l'annonce de son décès devait booster les derniers indécis…
En attendant, je m'incline devant un billet si plein de talent !

Guy M. a dit…

@ myrage,
Tu verras en suivant les liens que l'histoire de la grand-mère est vraie.

Pour le reste, Obama est un bel objet pour le spectacle électoral étasunien; certainement une des plus grandes réussite depuis les origines. Mais il n'est pas sorti du ghetto, a un père africain, etc... personne n'est parfait, mais il fera un bon symbole des capacités d'un certaine idée (dominante) de la démocratie...

@ JR,
Je n'avais pas pensé à une histoire de grand-mère congelée pour l'occasion... C'est une hypothèse séduisante, ma foi.

myrage a dit…

J'ai rien compris à la dépêche en question... Les histoires de décalage horaire, de vote par correspondance et de cryogénisation (oh...), c'est un peu compliqué pour ma petite tête de simple provinciale.
Mais c'est mimi, il est allé à son chevet. Ce que tu es cynique, tu ne retiens que le négatif...
;)

Guy M. a dit…

Ben, tu vois bien que c'est louche, cette histoire, puisque tu n'y comprends rien.

Je ne suis pas cynique: il est indéniable que la mort de la grand-mère a été utilisée pour ajouter une "belle histoire" à la déjà belle histoire du candidat Obama. Le cynisme est plutôt du côté des conseillers en communication...