mercredi 19 novembre 2008

La mission de monsieur Hortefeux



Lorsque monsieur Hortefeux parle de sa Mission, il faut bien avouer qu'il est convaincant et irrésistible.

Il me fait irrésistiblement penser à cette fable de Jean de la Fontaine (livre VII) que l'on m'a fait apprendre à l'âge tendre où je mémorisais encore la poésie: Le Chat, la Belette et le petit Lapin.

N'attendez pas d'explications de ma part; je vous ai dit que c'était irrésistible.

La fable, illustrée par Jean-Ignace-Isidore Gérard, dit J.J. Grandville,
né à Nancy en 1803 et mort à l’asile d’aliénés de Vanves en 1847.

Monsieur Brice Hortefeux pourrait désormais démissionner, ou partir en vacances dans des pays "où jamais il ne pleut"; il a largement rempli sa mission pour l'année 2008, ainsi que nous l'apprend une brève de Bakchich.info, reprise par un billet triomphal du Charançon: 28000 expulsions réalisées, alors que l'objectif fixé était de 26000.

Ce qui prouve bien que l'administration française, la police française, la justice française... peuvent se surpasser quand on lui fixe un objectif clair et précis.

D'ailleurs notre histoire le prouve.

Très bien, c'est le bon doigt.

Au cours de mon tour de veille matinal sur LeFigaro.fr, j'ai appris que monsieur Hortefeux avait été l'invité de R.T.L.

Ne croyez surtout pas qu'il en ait profité pour annoncer ses bons résultats de manière triomphale et peu charitable pour ses petits camarades du gouvernement, nôôôn, ce n'est pas son genre.

Il a profité de l'occasion pour revenir sur la décision, douloureuse n'en doutons pas, qu'il a prise de permettre à madame Victorine Dikobo Yakile de “continuer à séjourner légalement en France” en raison d’une “situation humaine particulière”.

Pour résumer très rapidement la "situation humaine particulière" de madame Diboko, voici l'extrait de l'annonce d'une conférence de presse prévue par RESF 92 sur son cas:

Septembre 2008, une préfecture envoie une Invitation à quitter le territoire à une jeune femme. Extraits :

LE PREFET DE **

CHEVALIER DE LA LEGION D’HONNEUR

OFFICIER DE L’ORDRE NATIONAL DU MERITE […]


« CONSIDERANT que l’intéressée a obtenu sa régularisation en qualité de parent d’enfant français en 200* mais que son enfant est décédé le 27 04 200*[…]


CONSIDERANT que Mme ** a eu deux autres enfants issus d’une autre liaison et que le père des enfants, domicilié à **, est actuellement en situation irrégulière sur notre territoire ; […]


ARRETE :

Article 1er : la demande de titre de séjour de Mme ** est rejetée ;


Article 2 : L’intéressée est invitée à quitter le territoire dans le délai d’un mois. »


Il y a un certain embarras dans les propos de monsieur Hortefeux qui affirme que le "rôle d'un ministre" est "aussi de corriger les dysfonctionnements de l'administration quand il y en a", mais s'évade dans d'autres considérations quand on lui demande de reconnaître qu'il y a eu, dans ce cas, effectivement dysfonctionnement... Il préfère donner un délicat cours de déontologie journalistique.

Mais ne soyons pas trop exigeants avec lui. Dégustons plutôt sans ironie une phrase telle que:

Les médias comme les associations ont un rôle que je suis heureux de saluer à nouveau.

(A nouveau ?)

Et remercions-le de veiller à rehausser le niveau culturel d'une radio comme RTL.

Alors qu'on l'interroge sur les bruits qui le donnent comme futur ministre de l'Intérieur, il répond, en toute franchise:

Ecoutez, j'assume aujourd'hui la mission qui m'a été confiée par le Président de la république avec passion et équilibre. Il faut les deux parce que ça touche à la personne humaine et donc cela conditionne l'avenir aussi de notre société. Pour le reste, je vous renvoie à l'académicien Bourbon Busset qui disait que "le sens de la mission doit toujours précéder l'ambition".

Comme tout le monde l'ignore, mais comme l'indique le site de l'académie française, "Jacques de Bourbon Busset (1912-2001) descend, par son père, de saint Louis, de Jean sans Peur, duc de Bourgogne et de César Borgia." Son œuvre est bien oubliée, et l'intervention de monsieur Hortefeux ne devrait pas conduire à une réédition.

Cette référence à l'immortel blasonné, chantre de l'amour conjugal, rassurera en outre ceux qui auraient peur d'un revirement droit-de-l'hommiste, voire ultra-gauchiste, de la part de monsieur Hortefeux: on est encore loin de L'insurrection qui vient.


PS: Sans vouloir contredire monsieur Hortefeux sur le rôle qu'il reconnait aux associations (je ne veux pas lui faire de la peine), je retranscris ci-après l'appel à rassemblement lancé par les associations réunies au sommet citoyen Des ponts, pas des murs :


Le 25 novembre se tiendra à Paris la conférence interministérielle euro-africaine sur "migration et développement", dite "Conférence de Paris".

Alors que le sommet citoyen sur les migrations a rassemblé à Paris les 17 et 18 octobre dernier près de 20 000 personnes, que l'appel à mobilisation a été signé par plus de 300 organisations du Sud et du Nord, nous dénonçons le mépris général manifesté par les Etats à l'égard des sociétés civiles, qui n'ont quasiment pas été associées au processus d'élaboration du contenu de la conférence ministérielle du 25 novembre et de sa déclaration finale, et qui, malgré nos demandes, ne seront pas représentées à la conférence.

Pour que les recommandations issues du sommet citoyen soient portées à la conférence de Paris

Appel à rassemblement le 25 novembre à 12heures

à l'angle du quai de Grenelle et du pont de Grenelle


PPS, ajouté le 20/11/08:

Sur la soudaine mansuétude humanitaire de monsieur Hortefeux, les amis de RESF ont publié un communiqué bien senti et bien pensé, intitulé "Salauds de préfets"? (avec un gros point d'interrogation).

4 commentaires:

abcdetc a dit…

Après Richard Millet, voilà venu le temps des rires et des chants… euh non, de Jacques de Bourbon Busset.
A force, je me sens inculte et dépassé. Je me demande si je vais renouveler mon abonnement à ce blougui.
Pour faire mon intéressant quand même, il me semble que l'objectif horefien pour 2008 était de 26.000 et non 25.000. Ça c'était l'an passé. On progresse d'année en année en Sarkozye...
http://troisiemegeneration.over-blog.org/article-20770936.html
Bonne soirée quand même !

Guy M. a dit…

Je m'en vais corriger de ce pas, ce que mon lecteur talentueux me signale comme fautif.

Quant à BB (Bourbon Busset), ne crois surtout pas que je l'ai lu... mais on en parlait de temps en temps dans le Figaro littéraire à l'époque où monsieur Hortefeux et moi-même étions jeunes...

.Le Charançon Libéré a dit…

"A force, je me sens inculte et dépassé."

Je suis comme Abcdetc : mais quelles sont toutes ces références culturelles inconnues (de moi, hein…) qui sifflent (vaillamment) sur ton blog ?

Bon, pour Hortefeux, RTL et l'Académie Française, je connais. assez pour savoir que la culture est plutôt éloignée de leurs préoccupations…

Guy M. a dit…

La référence à cette fière maxime de cette vieille barbe de Bourbon Busset m'a bien amusé... (J'avais bien oublié son existence).

S'il s'agit d'un des auteurs favoris de mr Hortefeux, c'est intéressant, avoue...