jeudi 2 octobre 2008

Radio dans l'escalier

Tout le monde vous le dira: mettre la radio dans un escalier, ce n'est pas plus difficile que de mettre la radio dans un ascenseur, c'est même plus facile parce qu'un ascenseur, ça bouge tout le temps.

Mais quand l'escalier est une spirituelle allusion à un vers abscons de Robert Desnos, désignant un blog personnel hébergé par bloguère-point-com et tenu par un des plus illustres boulets du bidouillage informatique, cela devient tout à fait im-pos-si-ble.

J'en ai copié des codes ceci, des codes cela, et j'en ai collé des codes cela, des codes ceci. Sans autre effet que d'obtenir du blanc et du silence...

Quand je pense à ce qu'aurait pu faire un expert comme JR sur ce coup-là, ça me dégoûte, ça me dégoûte...

La vie est trop pinzuste !


Je voulais vous donner accès à l'émission RESF de Fréquence Paris Plurielle du mercredi 1er octobre.

Au cours de cette émission d'une heure, on parle d’Abdelkarim, avec Sylvie Brod et Yahia, membres de RESF, et on peut entendre Abdelkarim lui-même, joint en direct depuis Tunis par téléphone. On parle aussi de l’expulsion des résidents de la Maison des Etudiants de Côte d’Ivoire.

Vous pouvez écouter cette émission sur la page RadioResf ou bien la télécharger à cette adresse: clic.


Vous pourrez en profiter pour aller faire un tour sur le site de FPP et vous informer sur cette page des difficultés qui s'annoncent pour les radios locales, associatives, non-commerciales, bref, les radios libres.

Par exemple:

Passage à la diffusion numérique : un enjeu pour les radios libres

En 2008, doit être lancée la Radio Numérique Terrestre qui à terme est censée remplacer la bande FM (analogique). L’auditeur disposera du choix parmi un nombre beaucoup plus important de radios sans avoir à se préoccuper de changer de fréquence, et pourra également accéder à des informations associées (par exemple le titre de l’émission). Au moment où l’Etat consulte les acteurs du monde de la radio sur ce sujet, les appétits des projets commerciaux poussent à un calendrier précipité, et les radios associatives tentent de faire entendre leur voix dans une discussion très technique, malgré leur faible poids économique.

L’enjeu sera en effet immédiat pour les radios associatives déjà existantes afin de survivre au passage forcé vers la diffusion exclusivement en numérique.

- D’une part, les radios auront l’obligation de négocier avec un nouveau prestataire technique (multiplexeur), chargé de mixer les 10 à 20 programmes diffusés sur une même fréquence. Or il y a un risque à ce que ces prestataires privés jouent un rôle dans l’attribution des places des radios (ce qui était en FM du ressort du seul CSA), d’autant plus que les tarifs, décidés par le multiplexeur, seront en fonction de la qualité d’écoute et de la nature des données associées.

- D’autre part, le surcoût entraîné par la double-diffusion sur plusieurs années (entre le début de la radio numérique et la disparition de la bande FM) sera pour nombre de radios associatives difficilement surmontable. Il apparaît comme une exigence qu’un dispositif financier pour aider à la numérisation des radios associatives (qui devra couvrir la totalité de ce surcoût, mais aussi les frais liés à la liaison vers le multiplexeur) soit mis en place dès le départ.

A côté des radios publiques (financées par l’Etat) et des radios commerciales (vivant de la publicité), il importe que soit garantie pour toutes les radios associatives existantes la possibilité d’être diffusées en numérique, puisque les pouvoirs publics les ont reconnues comme essentielles à l’information de terrain, à la diversité des contenus.

On n'arrête pas le progrès...


PS qui a quand même à voir... avec le progrès, peut-être.

Je reproduis ici un communiqué de RESF-Paris:

« Vous êtes en règle, et bien vous serez quand même expulsé ! »

Paris, le 2 octobre 2008


Chacun le sait, la course au chiffre ne connaît aucun répit. Toutes les forces vives du gouvernement y sont mobilisées sans relâche. Et si cela ne suffit pas pour atteindre les objectifs fixés par le Ministre, on rafle à l’aéroport ceux que l’on "soupçonne" d’avoir falsifié leurs papiers, même si la Préfecture prouve la bonne foi du récalcitrant. C’est toujours ça de gagné !

Yaya-Roy Dosso, prisonnier depuis mardi au ZAPI de Orly, peut en faire l’amer constat. Le Zapi, c’est une zone de non-droit, pardon, une zone d’attente pour les personnes en attente de "refoulement", qui ont eu la folle idée de vouloir venir en France. Pire qu’un centre de rétention, et sous le contrôle de la Police de l’Air et des Frontières.

Yaya qui a eu son diplôme en France, qui a travaillé cet été à l’hôpital, rentrait de courtes vacances en Côte d’Ivoire, passeport et titre de séjour en main, pour rejoindre à Paris sa vie, son travail, son amie française et leur bébé né au mois d’août. Sa mère, ses frères et sœurs l’attendaient également. Toute sa famille est ici. Tous ont leurs papiers.

Pas de chance pour lui ! Son passeport, prolongé en 2008, semble "avoir subi une modification non réglementaire", et cela suffit à la PAF pour lui confisquer tous ses papiers (titre de séjour, carte vitale) et le renvoyer illico presto par le premier vol…

Ni les preuves fournies par la Préfecture de Paris, ni le soutien apporté dans l’urgence à ce jeune parisien par plusieurs parlementaires n’ont infléchi l’implacable décision de la PAF.

Yaya-Roy a refusé deux tentatives d’embarquement en moins de 24 heures, hier soir et ce matin. Il sera jugé sous peu en correctionnelle au Tribunal de Grande Instance à Créteil (94) et risque une peine de prison pour refus d’embarquement.

Yaya-Roi paie de sa personne les frais d’une politique d’immigration devenue aveugle et hors de tout contrôle.

Nous demandons la relaxe immédiate de Yaya afin qu’il puisse reprendre le cours normal de son existence parmi les siens.

Si vous ne savez pas quoi faire, allez voir sur le site de RESF, vous trouverez les adresses des personnes à qui écrire...

Comm'd'hab', on continue...

12 commentaires:

abcdetc a dit…

ben la radio sur internet et moi…
mais je veux bien essayer un jour, sans garantie.
je perds un de ces temps à bidouiller, avec mes neurones qui croisent
sinon, le progrès fait rage et fait rager
comment va ton ordi au fait ?

Guy M. a dit…

Je suis sûr qu'avec Wordpress, c'est facile... Pfff!... mais avec Blogger, alors là!... Hola!

L'ordi se plante de plus en plus souvent, il est pâle et atone... Il fait peine à voir, vraiment.

myrage a dit…

- pour les radios associatives... "la qualité de l'écoute"? Bon, ben on va être des auditeurs attentifs, exigents et qualifiés, pour changer, alors!
J'écoute peu la radio. Pas assez d'images, mes neurones sont trop mous.
C'est associatif, Radio Courtoisie? J'aimerais m'y mettre, ça a l'air bien. ;)

-pour le Zapi, c'est quoi le I? Indésirables, incongrues, incontrôlables, irradiantes, irréelles, iso-barrées... ou juste immigrées?
Je connaissais les Papi, point d'accès public à internet, alors les Zapi, Zônes d'accès publics aux immigrés, c'est comme des zoos?

- pour ton ordi, le mien aime à se porter pâle en ce moment aussi. Un informaticien attrapé au passage d'une installation internet lui a récemment diagnostiqué un trépas imminent, mais m'a également préconiser un reformatage pour prolonger son agonie.
C'est ça qu'on devrait faire aux ptits-vieux quand ils sont inutilisables, un bon lavage de cerveau, et hop, au boulot! Ou même les retraités, n'attendont pas qu'ils soient grabataires.
(bon là j'allais faire une mauvaise blague sur Alzheimer, donc je m'arrête).

C'est peut-être pas encore le moment de l'achever... Tu enregistres toutes tes affaires sur un jeune disque dur innocent de passage, tu fais F11F11F11F11ect., tu trouves un cd d'installation de ce qui fais tourner ton ordi, tes vieux cd de logiciels, et tu relances!
(non, j'ai pas encore tenté, mais ça n'a pas l'air très compliqué).
(demandes confirmation à qq qui s'y connait avant d'écouter ce que je dis...)

Guy M. a dit…

Je ne connais pas vraiment les radios, tu sais... mais je veux que cet espace de liberté reste libre...

Pour le I de ZAPI, je ne sais pas: immigrés, sans doute..., mais on peut "entendre" indésirables.

Quant à reformater mon disque dur, j'ai déjà pratiqué (sur un autre, qui en est mort!). Mais je n'y pense pas: pour cela il faut que le dd tourne encore assez rond, et c'est là que le mien déclare forfait (enfin il me semble).

myrage a dit…

Ah oui, peut-être que l'informaticien était véreux, il voulait que j'achève encore plus vite mon pc pour que je courre acheter un mac à la boutique qu'il m'a conseillé. Possible. De toute façon, ça ne saurait tarder. Quels boulets ces pc!!

myrage a dit…

Ca devrait tourner rond, ou au moins sphérique, des boulets, pourtant!!
J'ai jamais essayé de le lancer par la fenêtre. Ca me permettrait pê de ramener mon voisin d'en face... (çui qu'i's balade à woualpé su'l balcon!)

Non, je déconne, mais je t'imagine dans ton jardin à t'entraîner à lancer ton disque dur sur tes voisins pour voir s'ils tournent rond. (euh, s'il tourne...)

Guy M. a dit…

Si tu te mets à parler à tort et à travers de ton voisinage, je m'en vais te remettre la tête au carré...

myrage a dit…

Okéhokéhoké... scuze. Et de ton voisinage?
Euh, ton disque dur...?
Quelle violence!!!!!

Guy M. a dit…

Tu veux vraiment mériter le surnom de "mouche du scotch" !

;-)

myrage a dit…

Seulement scotch... Oui, j'y tiens beaucoup. Et toi tu cours, tu te débats dans tous les sens pour détacher tes doigts... C'est amusant.

Faut croire que j'ai rien de mieux à faire. Laisse. J'aime avoir le dernier mot.
Là.

Flo Py a dit…

ZAPI, ça veut dire Zone d'Attente des Personnes en Instance.

Bises à tous (même à la mouche du scotch :-)) !

Guy M. a dit…

Merci, mademoiselle Flo.