dimanche 12 octobre 2008

Supplément dominical avec supplément

J'avais l'ambitieuse idée de vous faire un bon gros supplément dominical en vous parlant de tous les déçus du Prix Nobel.

Très tôt, ce matin, vers 10h15, j'ai commencé:




Les mauvais esprits trouvent toujours de quoi s'amuser lors de l'attribution des prix Nobel.

Rappelez-vous: Henry Kissinger en costard de prix Nobel de la "Paix" (dans son cas, les guillemets s'imposent).

Et quelques autres.

Les comités de soutien à Ingrid Bétancourt l'auraient bien vue avec le même costard, un peu féminisé. Je n'ai pas bien compris en quoi son action, et notamment son accès de contre-syndrome de Stokholm après sa libération, en faisait une candidate idéale pour ce prix. Mais le collectif Agir avec Ingrid devait le savoir, puisque son porte-parole Hervé Marro avait déjà rédigé et soumis aux journaux un communiqué disant (selon Libé):

«En attribuant le Prix Nobel de la Paix à Ingrid Betancourt, le Comité Nobel a décidé d’adresser un message fort aux preneurs d’otages et aux terroristes qui jouent impunément avec la liberté de tout être humain.»

Il faudrait sans doute conseiller au prévoyant monsieur Marro de garder pour lui le communiqué qu'il a déjà dû rédiger pour saluer le "message fort" que va constituer la canonisation de notre Ingrid par Benoît XVI ou son successeur. Il a largement le temps. Comme on dit dans les cantines débordées: Il y aura un peu de délai...

Apparition de la future Sainte Ingrid à un petit berger allemand


Ensuite, ça devait devenir vraiment culturel, et je voulais vous parler de tous les écrivains qui étaient dans la liste des nobélisables cette année... et toussa, et toussa... mais je fus interrompu par l'arrivée d'alertes de Flo Py et de Dorémi (autant saluer les messagères...) qui m'apprenaient la levée de la menace d'extradition pesant sur Marina Petrella.

Le Figaro 3 juillet 2008
(Photo-jeu: Où est Marina?
sur le site Parole Donnée)


Marina Petrella ne risque pas la canonisation. Dieu merci, comme on dit...

Tout ce que je souhaite, pour Hamed, pour Elisa, pour Emma, pour tou(te)s ses ami(e)s, c'est que Marina puisse revenir parmi eux, libre d'être vivante.

Ce jour-là, monsieur Sarkozy, qui a disposé de cette liberté, aura droit à un tout petit "merci" de ma part...

D'ici-là, disons que je méditerai dans mon coin sur la figure historico-littéraire de Ponce-Pilate. C'est un thème assez riche...


PS: Communiqué de presse des collectifs de soutien à Marina Petrella

Nous apprenons avec joie et un grand soulagement la décision annoncée par le Président de la République française de renoncer à l'extradition de Marina Petrella en application de la clause humanitaire.

Cette juste décision permettra à Marina de retrouver sa famille, se soigner et,
nous l'espérons, de reprendre le chemin d'une vie engagée en France depuis plus de 15 ans.

Nous remercions toutes celles et ceux que se sont engagés depuis le mois d'août
2007 et qui ont permis ce dénouement de la raison et du coeur.

Nous n'oublions pas la situation des autres réfugiés italiens en France. Cet
espoir d'une vie retrouvée pour Marina doit indiquer la voie d'une solution politique qui reconnaisse définitivement leur présence en France.

Nous invitons toutes celles et ceux qui ont accompagné notre combat de nous
retrouver pour un rassemblement de solidarité le 16 octobre à Beaubourg à 18h30.

Dernier ajout:

On aimerait ne plus avoir à se demander jusqu'où descendra le quotidien Libération pour vendre sa soupe médiatique.

Vous trouverez la dernière obscénité de Libé dans cette exclusivité, signée de Paul Quinio, selon laquelle l'épouse de "mon-mari", première dame de France, aurait annoncé, accompagnée de sa sœur, la nouvelle à Marina Petrella, dès mercredi soir...

Le rendez-vous aurait duré une demi-heure. «A la fin de notre entrevue, je lui ai demandé d’essayer de se réalimenter, au moins d’essayer de recommencer à boire», raconte Carla Bruni-Sarkozy, (...)

Je suppose que comme n'importe quelle dinde visitant un(e) malade, Carla a beaucoup souri, parlé très fort et est partie en hurlant "Taisez-vous, vous nous enterrerez tous!"

6 commentaires:

Le Charançon Libéré a dit…

"On aimerait ne plus avoir à se demander jusqu'où descendra le quotidien Libération pour vendre sa soupe médiatique."

Sur ce coup, ils ont fait encore plus fort que fort. Le meilleur étant l'étiquette "exclusivité" quand il semble évident au plus benêt des abrutis que ce pseudo-scoop n'est né que d'un coup de téléphone de Carla Bruni. C'est d'ailleurs assez réjouissant de voir combien Libé se fait tailler dans les commentaires : à force de perdre des lecteurs, ce journal va finir par avoir la même diffusion que nos blougs…

Guy M. a dit…

Je n'ai pas lu les commentaires, en général c'est très mauvais pour ma déprime chronique, mais là je vais aller voir.
Merci du tuyau.

Dorémi a dit…

Quand on parle de Kissinger, me vient toujours à l'esprit la belle chanson que Julos Beaucarne avait écrite en hommage à Victor Jara : http://www.dailymotion.com/video/xsgpr_julos-beaucarne-lettre-a-kissinger_events
Sinon, pour Marina, l'ami Fontenelle ne mâche pas ses mots non plus : http://www.bakchich.info/article5400.html

Guy M. a dit…

Bon sang, mais c'est bien sûr! Julos Beaucarne aurait dû me venir à l'esprit aussi...
Ce sera pour une fois prochaine.

Le billet de Fontenelle exprime bien ce que nous pensons tous (qui une crainte, que je refoule le plus possible pour espérer le plus possible).

Dorémi a dit…

Et la barbarie décrite par Julos nous renvoie à celle subie par Sally Grace.

Guy M. a dit…

D'après les infos du Mexique, le meurtre de Sally ne serait pas directement politique...

Mais il renvoie aux insoutenables violences dont sont victimes les femmes, notamment au Mexique.