mardi 14 octobre 2008

Monsieur Hortefeux plaisante



"Français, vous avez la mémoire courte."
Philippe Pétain, le 17 juin 1941

C'est probablement un de mes plus anciens souvenirs: le malaise ressenti devant le portrait du maréchal que conservait la sœur de mon grand-père, dans l'escalier qui grimpait aux mansardes de sa petite maison.

J'en fis des cauchemars, dont je ne me souviens évidemment pas, mais qui tournaient autour de la figure blanchâtre de revenant de ce mort vivant.

Appel du 17 juin 1940

Je ne crois pas que ce soit par manque de mémoire que monsieur Hortefeux a décidé de réunir, les 3 et 4 novembre, ses 26 "homologues" européens pour une conférence sur le thème de "l'intégration" dans la bonne ville de Vichy. Bonne ville qui, malgré les efforts méritoires de son Office de Tourisme demeure un symbole fâcheux pour ceux qui n'ont pas la mémoire sélective.

Je crois plutôt que monsieur Hortefeux manque de décence et de retenue.

On reconnaîtra que monsieur Hortefeux, humoriste redouté dans les rangs de son parti pour ses réparties cinglantes, avait renoncé en prenant sa charge ministérielle à cet aspect un peu provocateur de son personnage. Au point d'avoir dans le grand public une image de bonnet de nuit redoutable pour ses effets somnifères.

Mais cette image est fausse, totalement fausse.

Monsieur Hortefeux ne se retient plus, il se lâche, il s'amuse.

« Honnêtement, on en a ras le bol de cette histoire du passé », déclarait-il le 28 juin dernier, sous des applaudissements nourris... (sur ce sujet voir le point de vue du Comité de vigilance face aux usages publics de l'histoire; on y trouvera un lien vers une vidéo du meeting où fut prononcé cette phrase historique).

Certains en ont ras le bol de l'histoire du présent, telle que la fait monsieur Hortefeux.

Et ils envisagent de le dire.

A Vichy.

Lisez par exemple (la liste n'est heureusement pas limitative) le tract unitaire contre le sommet européen de Vichy, publié par RESF37, l'appel unitaire lyonnais à une mobilisation lors du sommet de Vichy, publié sur Rebellyon.

D'autres viendront...


Ah! j'oubliais!

Ma grand tante avait un faible pour les fameuses pastilles mentholées qu'elle mâchonnait avec une ardeur de mandibule qui désarçonnait la partie inférieure de son dentier.

Il lui est arrivé de m'en offrir quelques unes.

Mais je n'aimais pas trop ma grand tante. Peut-être à cause du "monsieur" dans l'escalier.

7 commentaires:

abcdetc a dit…

c'est injuste pour les pastilles qui valent bien mieux que bien des bonbons chinois…

myrage a dit…

Le pire, peut-être dans cette video, c'est les deux gugusses à côté, qui secouent la tête et applaudissent à tout rompre...

Pour les bonbons chinois, je suis un peu dégoûtée, je les ai justement découvert cet été, offerts par un "ami" (...) chinois, tout fierot de nous expliquer qu'à une époque, c'était les seuls bonbons disponibles en Chine. Ils sont dégueulasses, que ça vous rassurent.
Mais on va dire que je m'éloigne. Mon dégoût pour Hortefeux est tellement fort que je préfère dévier. C'est pas bien.
Au fait je reviens. Oui parce que merde.
Voilà. C'est dit.

Le Charançon Libéré a dit…

Quand un gouvernement n'a tellement honte de rien qu'il est prêt à inscrire la pire de sa politique en des lieux à la symbolique tellement rancis, c'est que… c'est que… Bon, je ne trouve pas la suite, mais l'idée c'est que ça craint à mort. De toute façon, tu l'as parfaitement dit. :-)

PortePorte a dit…

Y'a des coups de pieds dans les dents qui se perdent.

Guy M. a dit…

Réjouissez-vous: le taulier est de retour après avoir soufflé dans les bronches de son PC. Le PC a toussé et est reparti sur ses petites pattes.

@ JR,
De Vichy, vu mon âge, je retiendrai aussi les petites robes de BB en ingénue bêtasse (sans forcer son talent)...

@ myrage,
"Il ne faut pas tout passer au(x) chinois." Mao Zedong, écrits culinaires, à paraître.

@ JBB,
C'est que... bah! on arrive à comprendre quand même...

@ porteporte,
S'il te plait, un peu de respect pour le dentier de ma grand-tante...

Lucide a dit…

Juste...demain c'est la Ste Edvige.

Guy M. a dit…

On n'oubliera pas de lui faire sa fête... enfin, j'espère.