lundi 13 juillet 2009

La rage au bord des lèvres

"Leur" presse, la presse putassière du pouvoir et de l'argent, a fini par s'apercevoir qu'il s'était bien passé quelque chose à Montreuil, dans la soirée du 8 juillet.

Le mur de silence que la version de la préfecture de Seine-Saint Denis, avec l'aide bénévole de l'Agence France Presse se basant sur des "sources concordantes", tentait de maintenir et de valider "sans faire état de blessé", s'est maintenant effrité.

On pourrait sans doute détailler la manière dont ce qu'il faut bien appeler des mensonges, des contre-vérités ont résisté dans les brèves des quotidiens, quand les comités de rédaction décidaient d'en faire une brève.

On pourrait aussi suivre de quelle manière un inexistant blessé, vaguement signalé par la mairie de Montreuil, est devenu, au fil des informations officielles, un squatteur d'une vingtaine d'années, qui a perdu un œil sans qu'il y ait de "lien établi de manière certaine entre la perte de l’œil et le tir de flashball".

Et enfin on pourrait voir de quelle manière, il est devenu un homme de 34 ans, qui s'appelle Joachim Gatti, qui travaille dans le domaine du cinéma, et qui est maintenant hospitalisé avec "trois fractures au visage, le globe oculaire fendu en deux, la paupière arrachée".

Mais si j'en avais l'intention, le dégoût a été trop fort.

Et une sorte de rage qui me vient au bord des lèvres.

Pour voir à quoi renvoient les numéros, consulter le site du fabricant.
On peut y lire:
"Look et détonation dissuasifs, prise en main immédiate, simple ou double canons,
le Flash-Ball est léger et robuste et s’adapte à toutes les situations.
Décliné en plusieurs versions, il propose une importante gamme de munitions et d’accessoires
qui viennent compléter une arme intelligente, tout aussi impressionnante qu’efficace.
"


La presse écrite conserve une prudence qui a de quoi étonner, comme dans cet éditorial du Monde, qui porte un titre aussi stupide qu'un titre de Libération: Flash-scandale. On y pèse soigneusement les œufs de mouche, ce qui est une vieille habitude de la maison, mais sans cette rigueur que l'on pouvait autrefois y déceler.

Le pouvoir attendra la leçon qu'aurait pu lui donner le grand quotidien de référence.

Et puisque le nom de Libération a été évoqué, autant signaler que Karl Laske, trois ou quatre jours après les faits, a réussi à retrouver son téléphone portable et à prendre quelques renseignements. On l'a connu plus réactif, au temps où il tenait encore le blogue Indociles. Cela donne un articulet d'une vingtaine de lignes, une sorte de dépêche AFP en un peu moins mensonger, mais rien de plus. A la suite de ce petit texte, il laisse proliférer des commentaires qui dégagent un fort relent de station d'épuration déglinguée.

De quoi se demander ce qui se passe.

Il a eu une promotion, Karl Laske ?

Ou bien, il a toujours été comme ça ?


PS: L'AFP persiste dans ses approximations et contre-vérités, comme dans cette dernière dépêche, au sujet de la manifestation de ce soir:


Fin des heurts entre jeunes manifestants et forces de l'ordre à Montreuil


MONTREUIL (AFP) — Une manifestation organisée lundi à Montreuil pour protester contre des "violences policières" lors de l'expulsion de squatters mercredi s'est achevée après des heurts entre jeunes et forces de l'ordre.

Vers 19H00, plusieurs centaines de jeunes, certains casqués et cagoulés, ont fait face dans le centre-ville à un important dispositif de forces de l'ordre, qu'il bombardaient à l'aide de fusées, de pétards ou de fumigènes.

Peu avant 21H00, les gardes mobiles ont tiré des grenades lacrymogènes avant de charger les manifestants, qui ont répliqué à coups de chaises, de pots de peinture et de projectiles divers.

Aux cris de "Police nationale, milice du capital !" ou de "Condés, hors de nos quartiers!", les jeunes gens, dont nombre d'entre eux semblaient proches des milieux autonomes ou de l'ultra-gauche, s'étaient déployés dans des rues proches de la mairie avant de se disperser peu avant 22H00.

Ils protestaient contre l'expulsion mercredi de plusieurs squatters qui occupaient une ancienne clinique, au cours de laquelle un jeune homme affirme avoir perdu un œil, à la suite d'un tir de flash-ball par les policiers.

Le Parti Socialiste a demandé lundi que l'Inspection générale des services (IGS) de la police et la Commission nationale de déontologie de la sécurité "puissent faire toute la lumière" sur ce "grave incident".

D'après la mairie de Montreuil, la victime, Joachim Gatti, fait partie du mouvement autonome qui dénonce notamment la cherté des loyers à Paris et dans certaines banlieues parisiennes.

Copyright © 2009 AFP. Tous droits réservés.

Il faut bien sûr le compléter de ce communiqué:

Communiqué de presse

Ce soir, lundi 13 juillet 2009, était organisée à Montreuil une manifestation pacifique en réaction aux violences policières dont a été victime Joachim GATTI le 8 juillet 2009. Joachim a perdu un œil par un tir de flashball de la police. Il participait à une manifestation pacifique Croix de Chavaux, suite à l’expulsion de "la Clinique" le matin même par la police.

Suite à ces violences, une manifestation rassemblant 500 personnes de tous âges a été organisée à 19 heures ce soir. Un dispositif policier impressionnant a été mis en place. Lorsque la manifestation se dirigeait vers le marché, la police a pris en étau les manifestants.

Nous, membres de Solidaires, avons été témoins d’une charge violente (chaises volant, matraquages violents, tirs tendus de gaz lacrymogènes…). Nous avons été témoins d’arrestations violentes. Nous avons été témoins de l’arrogance de certains policiers et d’une charge inacceptable d’une simple manifestation.

Mais nous avons aussi été témoins de saines réactions d’habitants de Montreuil, demandant aux policiers et gendarmes mobiles des comptes sur leurs actions.

Nous dénonçons les violences policières qui ont émaillé la vie de notre ville ces deux semaines. Nous demandons la libération immédiate des manifestants arrêtés. Nous demandons au Préfet de Seine Saint Denis de rappeler sa police à l’ordre et à la mesure. Nous demandons l’interdiction des flashball et taser.

Montreuil, le 13 juillet 2009

Solidaires Montreuil 24, rue de Paris 93100 Montreuil

6 commentaires:

Flo Py a dit…

« Elle [Dominique Voynet, maire de Montreuil] a enfin mis en cause le comportement du directeur départemental de la sécurité publique qui, interpellé par des habitants, aurait rétorqué : "si vous n'êtes pas contents, il faut être conscient du fait qu'en Iran, on tire sur des gens". » (L'Express)

Tout de suite, on se sent mieux...

Guy M. a dit…

Oui, je me sens beaucoup mieux...

Merci.

Il faut reconnaitre un certain courage de la part de Dominique Voynet en rapportant ces propos inadmissibles: elle doit savoir qu'un Frédéric Lefebvre (par exemple) va s'en donner à coeur joie sur le thème de la "défense des voyous, casseurs et bandes"...

myrage a dit…

"dont nombre d'entre eux semblaient proches des milieux autonomes ou de l'ultra-gauche"... C'est à l'odeur, que ça leur a semblé, à l'AFP?
Qu'attendre de plus? Tu dois souvent avoir "la rage au bord des lèvres"...
(merci de nous le faire souvent partager.)

myrage a dit…

Au fait Flo Py, plus de place assise non numérotée?

(tiens en voyant la date de mon commentaire plus haut, je vois qu'on est le 14 juillet... limite, je ne me souvenais plus pourquoi c'était férié!)

Guy M. a dit…

L'AFP fait très fort, mais cela devient une triste (et inquiétante) habitude. Voir sur le sujet, sur Acimed: http://www.acrimed.org/article3182.html

Sinon, ben ... de rien...

myrage a dit…

Et merci pour cette dernière adresse aussi.

(aussi, j'ai bien envie de réouvrir, pas tout de suite, mais un jour, un blog que je remplirai plus régulièrement et plus sérieusement... pour pas m'étouffer avec la rage... je redirai ça)