mardi 21 septembre 2010

Les salutations fonctionnelles de René Heitz

Je ne connais pas le bilan rhumatologique de René Heitz, mais il est clair que ce vieux monsieur n'a pas une échine profilée pour faire des courbettes.

Mais dans son cas, on peut se demander s'il a jamais eu les articulations assez souples pour se soumettre.

Ancien soldat de la 2e DB, il n'a pas oublié pour quelles raisons il s'est engagé en janvier 1944. Rencontrant, dans un fil de commentaires, cette fière et bravache déclaration de monsieur Nicolas Sarkozy: «Je suis le chef de l'État français et je ne peux pas laisser insulter mon pays», il commence ainsi sa réponse:

Tout est dit avec ce "Je suis le chef de l'État Français" !!!

A mes vieilles oreilles de 85 ans cela sonne comme une déclaration de guerre à notre démocratie restaurée en 1945, à la libération, alors que le peuple français venait d'être débarrassé d'un autre "chef de l'État" de sinistre mémoire.


Il a la mémoire sensible, René Heitz.

"État Français", bien connu des philatélistes.
(La totale, avec Travail, Famille et Patrie.)

Il a reçu tout récemment, de la mairie de Saint-Ismier (Isère), une invitation à venir recevoir, en plus ou moins grande pompe, le "Diplôme d'Honneur aux Combattants de la Deuxième Guerre Mondiale". Et a "tout d'abord cru à un canular"...

Malgré les méritoires efforts de communication de monsieur Hubert Falco, Secrétaire d’État à la Défense et aux Anciens combattants, et de monsieur Jacques Pélissard, Président de l’Association des Maires de France, qui avaient invité la presse, le 30 mars dernier, pour lui présenter ce diplôme, l'information n'a pas fait la une des médias. Pourtant une petite plaquette, aussi facile à copicoller qu'une dépêche d'agence de presse, était mise à disposition des professionnels.

On pouvait y lire:

Dans le cadre du 70e anniversaire de la seconde guerre mondiale, Hubert Falco souhaite rendre hommage aux quelques 250 000 anciens combattants de la seconde guerre mondiale encore en vie par la remise d’un diplôme d’honneur.

Cette initiative du secrétaire d’État à la Défense et aux Anciens combattants concerne toutes les familles et toutes les communes.


La remise de diplôme correspond à la volonté du Président de la République de faire de ce 70e anniversaire une mobilisation nationale.


Le diplôme sera remis par les maires qui le décideront, et dans le cas des ressortissants vivant à l’étranger, par les consuls de France.


Il y avait même une illustration:

Et c'est en couleur...

S'étant aperçu que c'était pire qu'un canular, puisque c'était une vraie invitation à recevoir un vrai diplôme, René Heitz a écrit à monsieur Sarkozy cette lettre, qui a été reprise par Mediapart.

Monsieur le Président,

Je reçois, aujourd'hui, une lettre de Madame le Maire de Saint-Ismier, m'informant que le Président de la République a sollicité tous les Maires afin qu'ils remettent le «Diplôme d'Honneur aux Combattants de la Deuxième Guerre Mondiale».

Cette lettre se poursuit par une invitation à une réunion au cours de laquelle me sera remis officiellement mon diplôme.

Cela m'a paru si grotesque que j'ai tout d'abord cru à un canular mais, à l'examen, il s'agissait bien de ce que je lisais. Alors je me suis demandé à quoi peut bien servir un tel document :

- A attester que j'ai réellement combattu pour mon pays ? J'ai dans mon bureau mon Livret Militaire.

Il y est inscrit que je me suis présenté le 6 janvier 1944 en vue de contracter un engagement pour la durée de la guerre au sein de la 2ème D.B. connue sous le nom de Division Leclerc en formation à l'époque au Maroc.

Il y est aussi précisé que j'ai effectivement et activement participé à toutes les campagnes de cette unité jusqu'à la fin des combats en Europe et même au delà. En effet, je me suis porté volontaire pour continuer la lutte en Extrême Orient, le Japon étant encore en guerre à ce moment là.

Après la défaite nippone j'ai été intégré malgré moi dans le corps expéditionnaire pour l'Indochine. Au bout du compte je me suis retrouvé pendant presque quatre ans sous les drapeaux.

- Alors quoi ? Une récompense ? Elle ne saurait être comparée aux distinctions qui m'ont été décernées, je veux parler de la croix de guerre et de la Presidential Unit Citation. De toute façon je ne cherche nullement à en tirer gloire, je n'ai jamais porté ces décorations et peu de gens savent qu'elles m'ont été décernées.

A la réflexion, j'ai compris l'utilité de ces hochets distribués en votre nom. Vous espérez qu'ils vous rapporteront quelques milliers de voix supplémentaires aux prochaines élections ! Faut-il que vous vous sentiez en mauvaise posture pour ratisser aussi large ? Ce que vous ignorez, c'est que pour les quelques vieux combattants de cette époque encore en vie, tout ce qui compte c'est d'être en paix avec leur conscience. Sachez, monsieur le Président, que vos fausses distinctions leurs sont indifférentes.

Alors, monsieur le Président, le bout de papier que vous allez faire distribuer, n'a pour moi aucune valeur et je n'en veux pas.

Je n'en veux pas parce qu'il est distribué dans l'espoir de consolider une politique que je trouve néfaste. Et elle est néfaste parce que c'est une politique de division, de rejet et d'asservissement. C'est la politique du fort contre le faible, des financiers contre les citoyens. C'est la politique de la suspicion permanente. Elle commence à trop ressembler, cette politique, à celle que je partais combattre le 6 janvier 1944, à 18 ans en revêtant l'uniforme de la 2ème D.B.

Pour toutes ces raisons, je ne me rendrai pas à l'invitation qui m'est faite par le maire de Saint-Ismier et je continuerai mon combat contre les forces et les hommes qui menacent notre laïcité et notre démocratie, jour après jour.

Je vous adresse, monsieur le Président, les salutations que m'impose votre fonction.

Ex-soldat de 1ère classe René Heitz

Monsieur Nicolas Sarkozy ne lira probablement jamais ce courrier.

Tant pis pour lui...

Il y a toujours à apprendre en écoutant les aînés, même dans l'art de la formule de courtoisie.

11 commentaires:

Anonyme a dit…

Diplôme d'honneur... Quelle trouvaille !, toujours sur ce registre de l'infantilisation qui oblige à résister contre la bêtise !

ArD

Guy M. a dit…

René Heitz qualifie très justement cette initiative de "grotesque".

Marianne a dit…

Soldat de 1ère classe et hors classe pour son refus de cette mascarade dont il fait la juste analyse.

René Heitz a dit…

Merci à tous de me recevoir de façon si chaleureuse.
Cette lettre est en train de se répandre comme une traînée de poudre. J'en suis heureux non pour ma soudaine notoriété mais par ce qu'elle déclanche la prise de conscience que chacun de nous peut se faire entendre.
A. vrai dire, je ne suis qu'une goutte d'eau mais j'ai l'impression que c'est celle qui fait déborder un immense récipient de ras le bol.

gauchedecombat a dit…

déja vu chez OlivierB., dit Plume de presse poru les intimes... Mais à partager !

Guy M. a dit…

@ Marianne,

De toute façon, c'est un texte de grande classe.

@ René Heitz,

Goutte à goutte, on y arrivera...

@ Gauche de combat,

Olivier B. a toujours de l'avance. On ne peut rien contre un champion.

ubifaciunt a dit…

Quelle beauté !

Et effectivement, quelle formule de politesse !!!!

Guy M. a dit…

L'ère Sarkozy marque un renouveau dans l'art de la formule finale élégante...

Dorémi a dit…

À podcaster rapido, si ce n'est déjà fait :
http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/nousautres/index.php?id=96231
À bientôt, les aminches.

Anonyme a dit…

C'est vrai que parfois le découragement nous guette. Merci à René de nous proposer les conclusions de 80 ans de vie.

Dorémi a dit…

La belle émission de Zoé a été rediffusée vendredi dernier…
http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/nousautres/index.php?id=101118