dimanche 27 décembre 2009

Confiseries au plomb fondu

Jadis, si mes souvenirs sont bons, on observait, de Noël au Jour de l'an, une période de repos des guerriers qu'on appelait "la trêve de Dieu".

Après la mort de Dieu, on a pris l'habitude, je ne sais pourquoi, de l'appeler la "trêve des confiseurs".

L'an dernier, si nos souvenirs sont bons, les confiseurs de l'Etat d'Israël avaient décidé de plomber l'ambiance et inventé d'accommoder leurs confiseries de "plomb fondu" ou de "plomb durci"...

Avec une extrême délicatesse, ou le plus détestable cynisme, selon le point de vue, les responsables israéliens avaient choisi pour nom de code de leur attaque massive sur la bande de Gaza un extrait de poème pour enfants. Cette petite chanson à refrain, Pour Hanoukka, écrite par Haim Nahman Bialik (1873 - 1934), fait allusion au cadeau d'une toupie (dreidel) en plomb à l'occasion de la fête juive de l'Hanouka, ou fête des Lumières, ou encore fête de l'Inauguration du Temple.

Un dreidel en métal (un peu brillant pour être du plomb).

L'opération Cast Lead fut lancée au matin du 27 décembre 2008, et devait durer 22 jours.

Les conséquences de cette guerre, qui fit 1393 victimes du côté palestinien et 13 du côté israélien, peuvent être examinées plus finement qu'en faisant un brutal calcul de proportionnalité, pourtant déjà éclairant.

Sur la conduite de l'attaque, le rapport Goldstone, dont on peut trouver résumé et conclusion en français, établit que Tsahal, que la propagande est prête à présenter comme l'armée la plus humaniste, voire pacifiste, du monde, s'est livré à un certains nombre d'actes qui relèvent du crime de guerre.

Quant à la situation dans la bande de Gaza depuis la fin de l'attaque, le récent rapport publié par 16 associations internationales est tout aussi éloquent sur l'abandon des gazaouis à leur sort par les grandes et moyennes puissances, malgré certains effets sonores.

Comme cette phrase de notre président que le communiqué commun des associations rappelle opportunément:

«Gaza ne peut pas continuer à être la plus grande prison à ciel ouvert au monde !»

Cliquer sur l'image pour accéder au texte du rapport.

Pour certains de nos journaux, la grande nouvelle à nous transmettre sur la situation palestinienne est celle de l'annulation des festivités qui devaient marquer, à Ramallah, l'élection de Miss Palestine.

Avec un tact admirable, la date du 26 décembre avait été arrêtée. Le Hamas a exprimé son opposition.

Comme il ne faut jamais rater une occasion de casser du sucre sur le dos du Hamas, on en profite pour dénoncer l'indécrottable obscurantisme de ce mouvement islamique.

Mais j'attends qu'on m'explique en quoi ces lamentables défilés de godiches prenant des poses de potiches participent de l'émancipation féminine...

Une des affiches de la Marche pour la Liberté de Gaza.

Ces journaux feront sans doute plus tard leur "sujet" sur le veto que les autorités égyptiennes viennent d'opposer au passage sur leur territoire de la délégation internationale de la Gaza Freedom March, constituée de 1362 personnes venant de 43 pays qui devaient franchir la frontière entre l'Egypte et Gaza pour "rappeler à la communauté internationale sa responsabilité face au maintien du blocus" et apporter "un soutien aux Gazaouis" en coordination avec des ONG locales.

Les coordinateurs de cette Marche ont adressé une lettre ouverte au président Moubarak.

Qui n'a pas encore répondu.

En attendant, le convoi de matériel collecté (médicaments, fournitures scolaires, jouets, confiseries peut-être ?) reste bloqué.


PS: A lire, avec votre petit dictionnaire, l'article du journaliste israélien Gideon Levy qui, dans le Ha'aretz de ce jour, marque à sa manière cet anniversaire.

One way or another, the year since December 27 was a year of shame for Israel, greater shame than any other time. It is shameful to be Israeli today, much more than it was a year ago. In the final tally of the war, which was not a war but a brutal assault, Israel's international status was dealt a severe blow, in addition to Israeli indifference and public blindness to what happened in Gaza.


Ajout du 28/12/2009:

Une pétition de soutien à la marche pour la liberté de Gaza, est en ligne, sous la forme d'une lettre ouverte adressée à monsieur Bernard Kouchner, ministre des Affaires Etrangères.

Pour en prendre connaissance et rejoindre les signataires, cliquer sur l'image.

8 commentaires:

JR a dit…

J'ai appris trop tard l'organisation de cette marche pour pouvoir m'y joindre vu les délais d'obtention d'un visa. Je suivrai de loin et de tout coeur.
Merci à toi d'être de ceux qui marchent, inlassablement.

JR a dit…

Cependant…
Je ne suis pas un spécialiste de la culture sioniste, mais…
Au-delà de la controverse sur le surnom Tsahal et son emploi par les journalistes puis les chroniqueurs et blouguistes de tous poils, avec ou sans italiques, il est une vérité que tu passes sous silence à travers la phrase :
“Tsahal, que la propagande est prête à présenter comme l'armée la plus humaniste, voire pacifiste, du monde…”
L'armée israélienne est une des (la?) seule(s) au monde où les simples soldats peuvent dénoncer leur armée, comme ils l'ont fait cet été auprès de l'ONG Briser le silence, et comme ils le font régulièrement.
Fais attention : l'excès de caricature est un plaisir sarkozyste ou, au mieux, valiste.
Cordialités en cette trêve que tu célèbres et qui coïncide avec les petits mois

Guy M. a dit…

Je suis devenu un grand marcheur immobile, avec le temps...

Et j'aime dire du mal de toutes les armées du monde.Je ne vois vraiment pas ce qu'on peut en dire d'autre, et je suis persuadé qu'elles peuvent, hélas ! supporter tous les excès de caricature.

Concernant le silence brisé par les simples soldats de Tsahal, je tire mon chapeau devant leur courage, devant le courage de l'ONG (qui est aussi celui d'un certain nombre d'Israéliens qui luttent pour la paix). Les "droits" que leur confèrent l'armée me semblent assez bien contrôlés.

Ce qui remet en question le rôle de la propagande, ou de la fabrique du consentement, dans ce pays.

Anonyme a dit…

A JR :

Confusion JR, les soldats ont témoigné anonymement pour le compte d'une ONG.Il ne s'agissait pas d'une procédure de l'armée. La réalité rejoint malheureusement trop souvent la caricature en Israël

JR a dit…

@ Guy : J'ai peu de goût pour la chose militaire également et j'aime la notion de marcheur immobile… ême si j'ai eu le plaisir de cheminer (naguère) en ta compagnie.
@ anonyme : je suis désolé, mais ma fille m'a interdit de discuter avec les anonymes…
Sourire

pièce détachée a dit…

Tous les témoignages rassemblés par Briser le Silence sont explicitement "anonymisés" par l'éditeur. En anglais, c'est ici ; un témoignage au moins est traduit en français sur le site La Paix Maintenant.

Quant aux refuzniks et aux objecteurs-trices de conscience emprisonné-e-s pour avoir renâclé à visage découvert, leurs raisons sont exposées par ici, et leurs noms publiés dans les pages en anglais du même site (cliquer tout en haut de la page sur «About Refusal» et «Who's in Prison»).

Pour d'autres ateliers d'expression libre des peines encourues, voir par là (en hébreu, en anglais).

La critique de l'excès de caricature est un art escarpé.

Guy M. a dit…

@ JR,

Il semble, aux dernières nouvelles, que les marcheurs français soient bel et bien condamnés à l'immobilité sur le trottoir de l'ambassade de France au Caire...

J'aurais pu y aller.

@ Pièce Détachée,

Merci pour la documentation (très riche et polyglotte comme d'habitude...)

Anéfé, on dirait bien qu'on se fasse des illusions sur le caractère démocratique de l'armée israélienne...

medagan a dit…

@ JR
Une autre vérité :
L'armée israélienne excelle dans la guerre contre les civiles !