vendredi 1 avril 2011

Aujourd'hui chez votre poissonnier

Au cas où j'aurais oublié la date, un courriel trouvé dans ma boitalettre aurait pu me la rappeler.

Les livres sans couvertures: le nouveau concept écologique !


Proclamait-il.

Ce courriel m'apprenait d'abord que du 1er au 7 avril aurait lieu la semaine du développement durable, et que pour l'occasion xxxxxxxx-point-com, négociant culturel en ligne, s'engageait et changeait pour "respecter l'environnement".

Ça m'expliquait le pourquoi :

- L'industrie du livre dévore 20 millions d'arbres par an...
- Les français lisent en moyenne 16 livres par an !
- Seulement 10% des livres sont en papier recyclé.

Enfin, que je sois convaincu ou pas, suivait le modus operandi :


Passons sur les indéniables avantages de la méthode proposée, pour arriver aux premières réactions des champions de l'écologie du pipeau, parfaitement choisis par notre commerçant :

Nicolas Hulot : "L'initiative d'xxxxxxxx est louable et va, je l'espère, révolutionner l'industrie du livre."

Yannick Noah : "Très original ! Je risque de devenir un client fidèle."

Yann Arthus Bertrand : "
J'adore ! La première approche est quelque peu troublante mais on s'y fait vite !"

Tout cela, certes, est aussi crédible que la nécessité républicaine d'un débat sur la laïcité. Mais l'évocation du rêve lichtenberguien d'un livre sans couverture, auquel il manquerait aussi toutes les pages, peut arracher, il faut en convenir, un sourire glacé, dans le petit matin frisquet de ce premier jour d'avril, à un blogueur mal réveillé, à peine vêtu de ce fil dont il ne faut pas encore se découvrir...

Ceci dit, le message est reparti dans la corbeille à spams, où il aurait dû aller de lui-même.

Mais les anti-spams ne sont pas tellement plus efficaces que l'étiquette apposée sur ma boîte aux lettres.


Il est possible que ce papillon auto-collant ait quelque effet dissuasif, puisque le présumé très sérieux Observatoire du Hors Média (OHM), qui prétend regrouper - ou représenter, je ne sais - les "acteurs de la communication globale", a lancé, ces derniers temps une campagne de publicité "j'aime mon prospectus" :

Pour en finir avec les idées reçues sur le papier et le media prospectus, pour rappeler que papier et prospectus sont indissociables d'un dispositif de communication 360° : MONPROSPECTUS.COM.

L’OHM et plusieurs acteurs du prospectus (papetiers, imprimeurs, acteurs de l’éditique, distributeurs, …) se sont regroupés afin de porter un certain nombre de messages à la connaissance du grand public.

Parmi ces messages, on notera, en ce jour dédié à la rigolade poissonnière, que "dans un monde zéro papier" - car on doit parler comme ça dans "l'éditique" -, "il y aurait moins de forêt…[et] plus de CO2".

Diverses affirmations de ce type on attiré l'attention du Centre national d’information indépendante sur les déchets (Cniid) et du Réseau Action Climat (RAC) qui "ont décidé de porter plainte auprès de l’autorité de régulation professionnelle de la publicité", précisant :

"En répondant point par point aux allégations de la campagne, le dépôt de plainte vise à faire retirer la campagne du site de l’OHM et à empêcher que de nouvelles campagnes de ce type soient menées."


La très verte et très troublante affiche de la campagne.

Le slogan utilisé dans l'affiche de cette campagne me trouble beaucoup. Je n'avais pas, sot que je suis, fait le rapport, qui semble si évident devant ce caniche affreux, entre un "monde sans amour" et "zéro papier". J'avouerai même qu'en m'introspectant intensément, j'ai réalisé que je n'avais jamais fait l'amour sur du papier.

J'essayerais bien sur un lit jonché de prospectus, maintenant que l'OHM m'y fait penser...

Mais je redoute un peu de curieux effets de décalcomanie.

6 commentaires:

Christine a dit…

C'est pas un caniche !

Un lit jonché de prospectus ? Ça doit glisser...

Voui, l'autocollant est efficace. Depuis que la pluie a décoloré le mien (c'est des autocollants pour les halls d'immeuble...), je vois bien la différence.

Dorémi a dit…

Je dirais même plus : ce n'est pas un caniche mais un yorkshire.
Bise, Monsieur Guy.

Guy M. a dit…

Bon, d'accord, mais je ne vais pas corriger.

Avouez donc, mes chères lectrices, que je n'étais pas tombé loin. Cette bestiole informe est plus proche du caniche que du poisson rouge, non ?

Olivier a dit…

Hahaha, les réactions de "people" m'ont régalé.

Alunk a dit…

Dans sa soif de découvertes, il coïte et prospecte us et coutumes publicitaires

Guy M. a dit…

@ Olivier,

Je me demande s'ils ont monnayé leur accord...

@ Alunk,

C'est à propos du canidé ?