dimanche 10 janvier 2010

Haut niveau du bas débat

Il y a chez monsieur Eric Besson, étoile montante de la Sarkozie, comme des éclipses de discernement...

Ainsi, annoncer sa présence à une réunion-débat du Grand Débat, à Liévin, dans le Pas-de-Calais, le 13 janvier, en demandant (gentiment ?) de décaler l'heure afin d'y assister, c'était évidemment tendre une perche à madame Marine Le Pen, élue dans la région, qui a annoncé, elle aussi, son intention de venir, sans demander de modification horaire...

... et avec quelques copains.
(Steeve Briois et Marine Le Pen, AFP/Philippe Huguen)

Ceci était prévisible...

Mais il semble que monsieur Besson n'avait pas prévu les choses ainsi, puisque l'annonce claironnée de la présence de madame Le Pen à Liévin a été suivie, d'assez près pour que s'établisse un lien, par celle de l'absence regrettée de monsieur Besson, retenu à l'Elysée pour la cérémonie des vœux du chef de l'Etat aux parlementaires.

Le président de région, monsieur Daniel Percheron, qui n'est pas un mauvais cheval (ainsi que le dirait le grand JBB un jour de méforme), a lui aussi bronché devant l'obstacle et fait savoir que l'annonce de sa venue provenait d'«une erreur d'agenda de ses services»...

Le préfet du Pas-de-Calais a peut-être jugé qu'il y avait des limites à son dévouement et à ses attributions administratives. Il a préféré ne pas organiser ce qui s'annonçait comme un mitigne du Front National et a annulé la "rencontre".

Ce fâcheux concours de diverses circonstances et de décisions maladroites a hissé madame Marine Le Pen sur ses grands chevaux de pure race démocratique, et la voilà qui dénonce une "lamentable débandade".

Ce mot de "débandade" n'a certainement pas été lancé dans le feu d'une vertueuse indignation populiste, mais avancé avec toute la malice dont est capable la digne héritière du patriarche frontiste, si respectueux de la langue nationale, imparfait du subjonctif inclus...

Il est vrai qu'une telle allusion à un défaut de virile performance a dû atteindre au bon niveau le très susceptible monsieur Besson. Il n'a échappé à personne que ce dernier fait grand cas de ses attributs, signes extérieurs de virilité, avec une certaine prédilection pour ses prétendument précieux et imposants cojones.

Sur ce sujet, je ne peux que vous conseiller la lecture du "Rebond" d'Eric Fassin, publié le 4 janvier par Libération, Sexe, identité et trahison. Ce texte a été repris sur le blogue d'Eric Fassin, sous le titre Identité nationale: la débandade, et a donné lieu à un "complément" sur le blogue de Raphael Jornet: The testicles, virility, and politic in France.

Avec monsieur Besson, on atteint un tel niveau de profondeur, à partir de la ceinture, que l'on peut se demander si le prototype identitaire national de genre masculin n'avait pas déjà été immortalisé par le crayon prophétique de Jean-Marc Reiser.

Reiser, reviens, ils le sont devenus tous !

La réponse de monsieur Besson devait venir vendredi, en marge d'un "colloque économique" par lui organisé, deuxième édition de la série Nouveau Monde, Nouveau Capitalisme, sous-titré Régulation, gouvernance, progrès.

Monsieur Besson aime également beaucoup se prendre au sérieux...

On peut juger toutefois que cette réponse manque de hauteur, puisqu'elle peut se résumer en un puéril "ze m'en fisse pas mal de quoi qu'elle dit" (j'ai restitué le cheveu sur la langue si courant sur les cours de récré...)

Il a ajouté qu'il regrettait "de devoir répondre 'à des questions sur Marine Le Pen qui [le] gonflent prodigieusement' "

On notera dans ces propos l'ambiguïté du "qui"... A l'oral, il peut tout aussi bien se rapporter à "questions" ou à "Marine Le Pen". L'accord du verbe montre que l'AFP, en transcrivant ces paroles, a tranché.

N'ergotons pas, et tranchons !

Au bon niveau.

Face à Grand Débat sur l'identité nationale, il faut aussi trancher radicalement.

Il ne s'agit certes pas de s'attaquer aux désormais célèbres cojones de notre ministre.

Mais il s'agit de prendre la seule position cohérente envisageable: exiger la suppression du ministère de l'identité et de la honte nationale que ce monsieur occupe.

Cliquez pour accéder au texte de l'appel,
et vous joindre aux signataires.


Cet appel a d'abord été publié dans Libération, le 4 décembre 2009, accompagné des noms des vingt premiers signataires.

Il se trouve maintenant en ligne, sur un site donnant accès à des articles de référence, et à des informations sur le film prévu pour février 2010.

A l'heure où je vais faire clic pour envoyer mon billet, il y aura environ 17400 signatures...

Clic !


Addendum Post-Clicum: D'un message que je viens de recevoir:

Au 10 janvier 2009 (13:32) est atteint le nombre impressionnant de 17239 signatures... ce qui fait déjà de cette pétition un évènement politique et une contribution forte au non-débat sur l'altérité nationale lancé par le ministère à supprimer.

Mais une pétition ne suffit pas : une vaste campagne nationale de mobilisation des "forces vives de la nation" doit être lancée pour garantir que ce ministère de l'identité nationale et ses effets xénophobes ne s'installeront pas durablement dans le paysage politique du pays, dans sa structure étatique et dans notre régime politique.

En complément du site de signature de la pétition, un blog vient d'être créé pour refléter et aider cette campagne :

http://pourlasuppressionduministeredelidentitenationale.wordpress.com/

Des groupes locaux commencent à se créer. Vous trouverez notamment un reportage télévisé sur le collectif gardois pour la suppression du ministère de l’immigration et de l’identité nationale. Cette première création de groupe local donne un exemple dont on peu espérer qu'il sera suivi dans toute la France.

Actuellement, le compteur affiche 18 119 signatures.

7 commentaires:

pièce détachée a dit…

J'ai ri, signé, relayé.

Les signatures s'amoncellent comme flocons de neige (à 21h30, on est 18 515).

En remerciement, un petit cadeau pour l'Escalier.

Guy M. a dit…

Merci, c'est un cadeau somptueux !

Je n'ai eu le temps que de voir les titres au galop, mais je préfère ça à une Rolex.

JR a dit…

Moi aussi j'ai ri…
Merci.
Et puisqu'on en est aux cadeaux, voilà deux petits dessins d'actualité en rapport :
Excellent bilan des expulsions en 2009.
L'identité nationale pour les nuls (un pléonasme?)
A propos, je ne sais plus si je t'avais mis le lien vers la compil, plus tenue à jour, mais toujours savoureuse.
Sinon, je savions pas que c'était ton birthday à toi aussi cher Guy.
A moins que ce ne soit en rapport avec l'Épiphanie, auquel cas, j'ajoute un peu d'encens (ou de myrrhe?) avec cette petite vidéo ...savoureuse !
A ton tour de rigoler !!!

Guy M. a dit…

Le débat s'envase, mais côté cadeaux, c'est le haut débit!

Merci infiniment.

Dorémi a dit…

Ben j'arrive en retard, mais bon anniv, m'sieur Guy…

Guy M. a dit…

Merci, m'dame Dorémi...

(Pour le retard, mon Dieu, c'est pas grave, "car nous ne savons ni le jour, ni l'heure".)

Flo Py a dit…

Tiens, je viens de découvrir qu'une manifestation pour la suppression du ministère de l'identité nationale est prévue le 27 février prochain !

http://www.demosphere.eu/node/15836

Bises à tou-te-s